Engineers Canada
Document Viewer Exit Document Viewer

Rapport annuel 2018

Partager:
Date: 
avril 2019

Mot de la présidente

annette bergeron

En 2018, Ingénieurs Canada a connu de grands changements transformateurs, et je suis ravie de vous faire part de certaines de nos réalisations dans le présent rapport. Cette année, nous avons continué de défendre l’honneur, l’intégrité et les intérêts de la profession d’ingénieur, en contribuant au maintien de normes rigoureuses et uniformes en matière de réglementation du génie, en favorisant la croissance de la profession au Canada et en suscitant la confiance du public, le tout avec aplomb. Nous avons en outre redynamisé nos objectifs, notre orientation et notre direction.

Les progrès extraordinaires que nous avons réalisés dans le cadre du projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation (GPSC) sont au centre de notre réussite. Le projet avait été mis sur pied en 2017 pour résoudre un problème fondamental éprouvé par Ingénieurs Canada. En effet, les organismes de réglementation estimaient ne pas être adéquatement consultés sur les activités d’Ingénieurs Canada et étaient insatisfaits du fonctionnement et des réalisations de l’organisme. En 2018, en grande partie grâce au travail acharné du Comité sur la gouvernance, le projet GPSC a donné des résultats dans quatre domaines vitaux qui touchent structurellement les problèmes les plus importants en matière de reddition de comptes, de rôles et de responsabilités. Parmi ces réalisations, citons les 10 objets d’Ingénieurs Canada, le Plan stratégique 2019-2021, un programme de consultation et la vaste révision de nos politiques de gouvernance. Chacun de ces résultats a été obtenu plus tôt que prévu, en respectant le budget, sans rogner sur la portée ni la qualité. Ensemble, ils ont renforcé la primauté du service aux organismes de réglementation d’abord dans le succès d’Ingénieurs Canada.

C’est dans ce cadre que nous avons mené de grands projets comme la poursuite des travaux d’amélioration des critères et des processus d’agrément des programmes de génie de premier cycle. Pour demeurer attentif à l’évolution des modes d’enseignement du génie, le Groupe de travail sur les unités d’agrément a mené une consultation nationale sur les unités d’apprentissage qui ne portait pas uniquement sur l’apprentissage en classe. Parallèlement à ces activités, le Programme d’amélioration de l’agrément a atteint plusieurs jalons, dont la sélection d’un fournisseur pour le système de gestion des données à l’appui de l’agrément et de l’Enquête sur les inscriptions en génie et les diplômes décernés pour les années à venir. Nous avons entrepris les premiers travaux sur cette importante plateforme technique et commencé à perfectionner les processus de soutien à l’agrément, en apportant des améliorations systématiques aux consultations et aux communications avec les parties prenantes, à la gestion des bénévoles et aux procédés d’amélioration continue.

Cette année, nous avons également été témoins de la poursuite des travaux d’Ingénieurs Canada dans les domaines des compétences professionnelles, de la mobilité et de la reconnaissance des titres de compétences étrangers, des relations avec le gouvernement fédéral, de la diversité et du rayonnement. Nous avons lancé de nouveaux régimes d’assurance et de services financiers uniques en leur genre pour les ingénieurs et leur famille, en plus de souligner l’excellence et la contribution d’ingénieurs et d’équipes d’ingénieurs à la profession. À l’échelle de l’organisme, notre personnel a fait preuve d’une passion et d’un dévouement renouvelés.

Bon nombre de ces réalisations n’auraient pas été possibles sans le leadership du nouveau chef de la direction d’Ingénieurs Canada, Gerard McDonald, que nous avons accueilli en février 2018. En sa qualité d’ancien registrateur de Professional Engineers Ontario, Gerard, qui possède une vaste expérience à titre de fonctionnaire aux échelons les plus élevés du gouvernement fédéral, a une grande capacité à mettre en œuvre les orientations du conseil. Sous sa gouverne, Ingénieurs Canada a déjà réussi à se concentrer davantage et à accroître son efficacité, prêt à entreprendre son nouveau plan stratégique triennal.

Je vous invite à explorer plus en profondeur les nombreux faits saillants de cette année de transformations. Je tiens à remercier le personnel, les administrateurs, les organismes membres et les bénévoles d’Ingénieurs Canada pour leur excellent travail au cours de la dernière année et pour leur engagement soutenu à faire progresser la profession d’ingénieur. Ce fut un honneur d’agir à titre de présidente, et il me tarde de voir ce que nous accomplirons ensemble en 2019.

 
 
 
 
 
 
 

1. Améliorations de la gouvernance et des processus

Projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation 

Le projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation (GPSC) a été mis sur pied en 2017 pour résoudre un problème fondamental éprouvé par Ingénieurs Canada. En effet, les organismes de réglementation estimaient ne pas être adéquatement consultés sur les activités d’Ingénieurs Canada et étaient insatisfaits du fonctionnement et des réalisations de l’organisme. Un manque de transparence, de reddition de comptes et de résultats avait causé une perte de confiance, et il était même question de quitter ou de dissoudre Ingénieurs Canada. En 2018, la situation s’est inversée de façon spectaculaire. Le projet GPSC a permis de livrer des résultats dans quatre grands domaines qui se rapportent, structurellement, aux enjeux les plus importants entourant la reddition de comptes, les rôles et les responsabilités, et le projet a renforcé la primauté du service aux organismes de réglementation d’abord dans le succès d’Ingénieurs Canada.

Chacune des réalisations menées en vertu du programme a été obtenue plus tôt que prévu, en respectant le budget, sans rogner sur la portée ni la qualité :

  • Les 10 Objets d’Ingénieurs Canada ont été approuvés par les membres en mai 2018, et nos statuts de prorogation ont été officiellement mis à jour par Industrie Canada en septembre.
  • Le Plan stratégique 2019-2021 a été finalisé et approuvé par les membres en mai 2018, et le plan de rapport de rendement a été finalisé par le conseil en septembre. Ces documents concrétisent la collaboration pancanadienne de tous les organismes de réglementation.
  • Un nouveau processus de planification stratégique a été établi et guidera l’élaboration de nos futurs plans. 
  • Le programme de consultation, qui codifiera et structurera la méthode utilisée par Ingénieurs Canada pour obtenir les avis des organismes de réglementation sur nos programmes, projets et services, a été mis en place. 
  • Une deuxième ronde d’améliorations de la gouvernance (la « Gouvernance 2.0 ») a été préparée et proposée aux organismes de réglementation.
  • Nous avons entrepris la nécessaire mise à jour de nos politiques en vue d’adopter un nouveau modèle de gouvernance et d’incorporer les améliorations apportées par le projet GPSC. Le travail que le Comité sur la gouvernance a effectué pour rédiger et faire approuver 57 politiques, nouvelles ou révisées, mérite d’être souligné.

Ce travail se conclura en 2019. Les recommandations relatives à la Gouvernance 2.0 ont fait l’objet de consultations auprès des organismes de réglementation en janvier et février 2019, et les modifications des politiques et du règlement administratif nécessaires à l’exécution de ces améliorations seront effectuées d’ici mai 2019.

Amélioration des processus

Suivant une nouvelle orientation en 2018, nous avons commencé à travailler au Plan opérationnel annuel (POA) et au budget pour 2019 beaucoup plus tôt qu’avant, ce qui a globalement facilité les processus d’établissement du budget et de planification. En mai, pour soutenir l’amélioration de la planification, le conseil a mis sur pied le Comité des finances, qui a examiné le budget préliminaire de 2019 pendant l’été en vue des discussions à ce sujet à la réunion du conseil de septembre. Ce procédé a facilité l’approbation du budget de 2019 en décembre après de légères modifications.

2. Bureau canadien d’agrément des programmes de génie

Members of the Accreditation Board
Les membres du Bureau canadien d’agrément des programmes de génie

Bureau canadien d’agrément des programmes de génie

La dernière année a été marquée par un intérêt accru des parties prenantes pour les activités d’agrément et une participation élargie à nos activités. En effet, nous avons accueilli davantage d’administrateurs d’Ingénieurs Canada et de membres du personnel des organismes de réglementation au sein de nos équipes de visiteurs, ce qui leur a permis de mieux comprendre les enjeux et les réalités de l’agrément, et à nous d’en apprendre davantage sur leurs préoccupations et priorités. Nous avons aussi eu davantage de contacts avec le Conseil canadien de doyens d’ingénierie et des sciences appliquées (CCDISA) ainsi qu’avec les établissements d’enseignement supérieur et leur personnel lors de réunions de collaboration, d’ateliers et de séances d’information. Enfin, nous avons intensifié notre dialogue avec la Fédération canadienne étudiante de génie (FCEG) afin de mieux comprendre ses points de vue sur la formation en génie. Ce niveau de collaboration plus soutenue nous aidera à donner suite à la priorité stratégique qui nous a été attribuée dans le plan stratégique de 2019 : Responsabilité en matière d’agrément.

Groupe de travail sur les unités d’agrément

Le Groupe de travail sur les unités d’agrément (UA) a été mis sur pied pour plusieurs raisons :

  1. Examiner la définition d’une UA dans sa forme actuelle et déterminer les avantages, désavantages et ramifications de toute modification de la définition pour les normes existantes.
  2. Envisager comment les exigences relatives au contenu d’un programme d’études pourraient être reliées aux résultats et aux qualités requises des diplômés, quel que soit le système de comptabilisation des UA utilisé.

Au printemps 2018, une consultation nationale sur les UA a été réalisée. Celle-ci se fondait sur les recommandations que le Groupe de travail avait présentées au conseil en février. Tous les organismes de réglementation, des établissements d’enseignement supérieur et d’autres parties prenantes ont ainsi été invités à commenter les recommandations. Par la suite, le Groupe de travail a synthétisé ces commentaires dans un rapport qui a été présenté au conseil en septembre. Ce rapport s’articulait autour de quatre thèmes récurrents :

  1. Les parties prenantes prévoyaient que l’unité d’apprentissage (UA) proposée pouvait être suffisamment souple pour mesurer le contenu d’un programme qui n’implique pas de temps de contact réel entre l’étudiant et le corps professoral.
  2. Les parties prenantes soutenaient en général la réalisation du projet de vérification des unités d’apprentissage.
  3. Plusieurs parties prenantes ont exprimé des réserves quant à la vérifiabilité de l’unité d’apprentissage telle que définie dans les recommandations du Groupe de travail.
  4. Plusieurs parties prenantes ont exprimé des réserves quant à la mise en place trop rapide de changements approuvés. D’autres ont recommandé l’établissement d’un nombre maximum de cours auxquels l’unité d’apprentissage pourrait s’appliquer.

Au début de 2019, conformément aux commentaires reçus et à la volonté de certaines parties prenantes d’envisager d’autres méthodes de mesure des programmes comme les unités d’apprentissage, le Groupe de travail sur les UA a rédigé un livre blanc pour revoir les objectifs fondamentaux de l’inclusion de la mesure des programmes dans les normes d’agrément. Il y propose un cadre de mesure qui permettrait d’offrir aux programmes d’études en génie la marge de manœuvre nécessaire pour adopter des changements quant à la prestation des programmes. Il suggère également un modèle qui pourrait servir de référence pour les méthodes de mesure qui précisent la durée minimale d’un programme. Lorsque ce livre blanc sera présenté au Bureau canadien d’agrément des programmes de génie (BCAPG) en juin 2019, le Groupe de travail aura terminé les tâches qui lui ont été assignées en vertu de ce mandat.

Programme d’amélioration de l’agrément

Le Programme d’amélioration de l’agrément (PAA) est un effort coordonné pour améliorer l’agrément des programmes d’études en génie et l’enquête sur les inscriptions et les diplômes décernés. Les travaux menés au titre de cette initiative dirigée par le personnel se divisent en quatre éléments de programme :

  • L’amélioration de notre processus de communication et de consultation auprès des parties prenantes, pour garantir que le système d’agrément est transparent et ouvert aux suggestions des personnes les plus concernées.
  • L’élaboration d’un programme de formation, pour améliorer l’uniformité des visites d’agrément en fournissant aux bénévoles et au corps enseignant l’information dont ils ont besoin en temps opportun et de façon reproductible.
  • La sélection et la mise en œuvre d’un système de gestion des données amélioré, pour faire en sorte que les caractéristiques techniques du système d’agrément optimisent l’utilisation du temps de chacun tout au long du cycle d’agrément. Le système réduira également les doubles entrées pour les rapports d’agrément et l’enquête sur les inscriptions et les diplômes décernés.
  • L’introduction d’un processus d’amélioration continue, pour s’assurer que le système d’agrément demeure adapté aux besoins évolutifs de la profession d’ingénieur au Canada.

Le PAA a bien progressé par rapport à son plan en 2018. Le jalon le plus important a été la sélection d’Armature à titre de fournisseur du nouveau système de gestion de données, à la suite d’un appel de propositions qui a permis de recevoir quatre réponses. Tout au long du processus de préparation de la demande de propositions et de sélection du fournisseur, le Comité consultatif sur le système de gestion de données a offert un précieux apport du point de vue des utilisateurs. Lorsqu’il sera déployé, le nouveau système constituera un dépôt amélioré pour la base de données sur les inscriptions en génie et les diplômes décernés, et fera partie intégrante du nouveau processus d’agrément. C’est au printemps 2019 que les établissements d’enseignement supérieur utiliseront pour la première fois le nouveau système, nommé Tandem, pour répondre à l’Enquête annuelle sur les inscriptions en génie et les diplômes décernés.

Les autres jalons du PAA en 2018 comprennent le déploiement du nouveau modèle de présentation pour les présidents d’équipes de visiteurs. Cet outil est un premier pas vers l’uniformisation de la façon dont les équipes de visiteurs abordent leur travail sur les lieux. Il table sur la formation offerte actuellement dans le module accessible en ligne. De plus, le BCAPG a tenu deux ateliers en septembre : l’un sur les qualités requises des diplômés et le processus d’amélioration continue, et l’autre sur la définition de la conception. Ces ateliers ont facilité la réflexion collaborative et l’établissement de consensus, tout en offrant une formation aux membres du Bureau d’agrément et aux représentants des établissements d’enseignement supérieur.

3. Bureau canadien des conditions d’admission en génie 

QB

Les membres du Bureau canadien des conditions d’admission en génie 

Le BCCAG fournit des services et des outils qui permettent l’évaluation des compétences professionnelles en génie, favorisent l’excellence en matière d’exercice et de réglementation du génie et facilitent la mobilité des ingénieurs au Canada.

En 2018, le BCCAG a publié dix documents suivants, nouveaux ou mis à jour : 

Le BCCAG a également consulté les organismes de réglementation sur trois orientations générales, sept documents préliminaires et le nouveau contenu en ligne sur les ingénieurs stagiaires. Des ateliers nationaux ont aussi eu lieu sur le génie de l’environnement et l’entrepreneuriat en génie. L’ingénierie durable, un cours en ligne ouvert à tous mis sur pied en partenariat avec Polytechnique Montréal, a été offert à 1 554 participants provenant de toutes les provinces et de tous les territoires du pays.

Le BCCAG a continué à améliorer ses processus en adoptant un nouveau mode de consultation et un nouveau protocole de révision et de mise à jour des programmes d’examens. Il a également mis en branle une consultation sur son nouveau plan de travail, qui s’harmonise maintenant au Plan stratégique 2019-2020 d’Ingénieurs Canada. Le Plan de travail 2019-2021 du Bureau des conditions d’admission a été approuvé par le conseil d’Ingénieurs Canada en décembre 2018, à la suite de consultations avec le Groupe des chefs de la direction et les groupes nationaux de responsables.  

4. Groupes nationaux de responsables 

Ingénieurs Canada facilite la collaboration entre les organismes de réglementation du génie en rassemblant des gens qui échangent leurs points de vue sur leurs difficultés et les pratiques exemplaires. Les groupes de responsables coopèrent par la tenue de réunions et de discussions ainsi que par la mise en commun d’information dans leur domaine de spécialité.

Groupe national des responsables de l’admission 

Le Groupe national des responsables de l’admission s’est réuni trois fois en 2018 pour aborder différents thèmes liés à la mobilité internationale, comme la Base de données sur les établissements et les diplômes étrangers, les programmes d’examens, les points de référence nationaux, les répertoires sur la mobilité et le projet de système d’évaluation en ligne sur la base des compétences. Le groupe est également intervenu dans les consultations du BCAPG et du BCCAG.

Le groupe a élu Kimberley King d’Engineers Yukon à titre de présidente, et Mark Rigolo d’Engineers Geoscientists BC à titre de vice-président.

Groupe national des responsables de l’exercice 

En 2018, le Groupe national des responsables de l’exercice a tenu quatre téléconférences et une réunion en personne. Il a élaboré et peaufiné un plan de travail composé d’initiatives axées sur des enjeux clés, comme les programmes de développement professionnel continu et la mobilité, le mandat des comités sur le développement durable et les principes proposés relativement aux catégories de permis d’exercice. Le groupe est également intervenu dans les consultations du BCCAG.

Le groupe a élu Pal Mann, de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta (APEGA), à titre de président et Michael Gregoire, d’Engineers Geoscientists Manitoba, à titre de vice-président.

Groupe national des responsables de la discipline et de l’application de la loi

En 2018, le Groupe national des responsables de la discipline et de l’application de la loi a tenu trois téléconférences et une réunion en personne. Le groupe a également élaboré et peaufiné un plan de travail comprenant des initiatives axées sur des aspects importants comme la communication des décisions disciplinaires, la protection des renseignements personnels dans les processus de plaintes et de mesures disciplinaires, la rémunération des membres de comités de discipline, l’ingouvernabilité, la conduite en dehors des heures de travail, les plaintes pour harcèlement sexuel, l’application de la loi, la médiation et les communications avec les médias au sujet des cas de discipline. Le groupe est également intervenu dans les consultations du BCCAG.

Le groupe a élu Shawna Argue, de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of Saskatchewan (APEGS), à titre de présidente et Carol MacQuarrie, d’Ingénieurs et géoscientifiques Nouveau-Brunswick, à titre de vice-présidente. 

5. Mobilité et reconnaissance des titres de compétences étrangers  

Roadmap to Engineering
Feuille de route pour l’ingénierie au Canada

Évaluation sur la base des compétences

La « nationalisation » de l’outil en ligne d’évaluation de l’expérience de travail sur la base des compétences d’Engineers and Geoscientist British Columbia a progressé en 2018 dans le respect du calendrier et du budget. Nous disposons maintenant d’un outil entièrement pancanadien, utilisé par trois organismes de réglementation, et que ces derniers peuvent administrer. Pendant l’année, nous avons eu la chance d’examiner l’utilisation de ce même outil par l’OIQ et l’APEGA, et bien que ces deux organismes utilisent des plateformes différentes, la norme de compétence est la même pour tous les organismes de réglementation. Le fait que sept organismes de réglementation utilisent maintenant la même norme de compétence est peut-être jusqu’à présent la plus grande réalisation de ce projet.

Le Groupe d’utilisateurs pilotes, qui comprend des représentants de tous les organismes de réglementation participants et futurs participants a grandement contribué à établir les priorités, fournir une rétroaction et guider le développement d’un système pancanadien qui apporte des avantages aux organismes de réglementation, aux candidats et à tous les bénévoles qui participent au processus d’octroi de permis. 

Feuille de route pour l’ingénierie au Canada 

Le site Web Feuille de route pour l’ingénierie au Canada est un outil interactif destiné à améliorer la connaissance qu’ont les candidats ingénieurs vivant à l’étranger de la profession au Canada et du processus d’attribution de permis. En 2018, le site a reçu 31 766 nouveaux visiteurs, 70 % d’entre eux provenant de l’extérieur du Canada, notamment du Brésil, de la Colombie, de l’Inde, du Mexique, de l’Arabie saoudite, de l’Espagne, des Émirats arabes unis, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Le site comprend aussi un outil d’autoévaluation qui permet aux candidats formés en génie à l’étranger de comparer leur diplôme en génie aux diplômes canadiens, ce qui les aide à prendre la décision d’immigrer ou non au Canada. En 2018, cet outil d’information sur les titres universitaires a été utilisé 15 089 fois.

Base de données sur les établissements et les diplômes étrangers

L’équipe du Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers d’Ingénieurs Canada tient à jour la Base de données sur les établissements et les diplômes étrangers (BDEDE), un outil principalement utilisé par le personnel de l’admission des organismes de réglementation du génie comme instrument parmi tant d’autres pour évaluer les titres de compétences des candidats formés en génie à l’étranger. Sur plus de 4 000 établissements répertoriés dans la BDEDE, l’équipe du Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers a analysé et mis à jour les données portant sur 999 établissements en 2018, en plus des mises à jour effectuées en permanence sur les pays et les ententes de reconnaissance mutuelle.

Répertoire de la mobilité 

Le Répertoire de la mobilité d’Ingénieurs Canada octroie aux ingénieurs canadiens qualifiés des titres indiquant leur appartenance à un groupe exclusif de professionnels qui ont atteint une norme de compétence élevée et qui sont prêts à exercer le génie dans le marché international. En 2018, Ingénieurs Canada a mené à bien une vérification des candidats et présenté les résultats à l’International Engineering Alliance. En tout, 51 nouvelles inscriptions ont été ajoutées au Répertoire de la mobilité en 2018. 

 

6. Recherche

Rapport national d’enquête sur les effectifs

Rapport national d’enquête sur les effectifs

Chaque année, dans son Rapport national d’enquête sur les effectifs, Ingénieurs Canada fait état des tendances relatives à l’adhésion au sein des organismes de réglementation du génie provinciaux et territoriaux. Le rapport de 2018, qui présentait les données de 2017, indiquait que les douze organismes de réglementation du génie regroupaient 295 926 membres, parmi lesquels 13,1 % étaient des femmes. Le nombre total des effectifs a augmenté de 2,4 %, tandis que le nombre de femmes au sein de ces effectifs a progressé de 5,2 %. Le rapport renfermait aussi des données sur le lieu de résidence des ingénieurs, sur le nombre d’ingénieurs par tranche de 1 000 habitants et sur le nombre d’étudiants en génie en voie d’obtenir leur permis d’ingénieur.

Rapport sur les inscriptions et les diplômes décernés

Pour l’édition de cette année du Rapport sur les inscriptions en génie et diplômes décernés, Ingénieurs Canada a sondé 51 établissements d’enseignement supérieur au Canada. Ce rapport révèle des tendances concernant la discipline, les cycles d’études et le sexe, de même que le nombre de diplômés en génie prêts à intégrer le marché du travail, le nombre d’étudiants étrangers ainsi que le nombre d’étudiants participant à des programmes coop.

Les établissements postsecondaires canadiens continuent de signaler une forte augmentation du nombre de diplômes de premier cycle décernés. En effet, en 2017, 23,3 % de diplômes de plus qu’en 2013 ont été décernés. Le nombre de diplômes décernés a augmenté de 2013 à 2017 dans toutes les disciplines du génie, et on observe une hausse du nombre d’inscriptions au premier cycle dans la plupart des disciplines pendant la même période. Les proportions d’étudiantes inscrites dans des programmes de premier cycle et de cycles supérieurs ont établi de nouveaux records, se fixant respectivement à 21,8 % et à 25,7 %.

7. Affaires publiques et relations gouvernementales

Mémoires et présentations à l’intention du gouvernement fédéral 

L’équipe des Affaires publiques d’Ingénieurs Canada multiplie les démarches auprès du gouvernement fédéral pour défendre les intérêts des organismes de réglementation du génie et de la profession d’ingénieur. En 2018, Ingénieurs Canada a témoigné à trois occasions devant des comités de la Chambre des communes et du Sénat, afin de faire part au gouvernement fédéral du point de vue des ingénieurs et de leurs recommandations sur les lois, les politiques et divers enjeux :

De plus, Ingénieurs Canada a soumis des mémoires et des recommandations écrites au gouvernement dans différents domaines :

Par ailleurs, les recommandations écrites et verbales qu’Ingénieurs Canada a présentées en 2017 au Comité permanent de la condition féminine de la Chambre de communes ont été reprises dans le rapport du Comité intitulé La sécurité économique des femmes : assurer l’avenir de l’économie canadienne, publié en juin 2018. Cité à quelques reprises dans ce rapport, Ingénieurs Canada continue de collaborer avec le Comité en vue de soutenir davantage les recommandations qui y sont présentées.

Accords commerciaux 

En 2018, Ingénieurs Canada a consulté Affaires mondiales Canada concernant les négociations sur les accords de libre-échange entre le Canada et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et entre le Canada et le Mercosur. Il a également poursuivi ses discussions sur l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM). Dans le cadre de celles-ci, Ingénieurs Canada et les organismes de réglementation ont demandé l’inclusion de règles quant aux procédures d’octroi de permis d’exercice qui reposent sur des ententes de reconnaissance mutuelle, ainsi que des règles sur la délivrance de permis temporaires ou par projet. Résultat : plusieurs de ses principales recommandations ont été incluses dans l’Accord. 

Government Relations hill day

 

Journée sur la Colline 

Journée sur la colline 2018 

Ingénieurs Canada a tenu sa Journée de contact annuelle sur la Colline du Parlement le 24 avril 2018. Des membres du Comité Rapprocher le gouvernement et les ingénieurs, du Comité consultatif des affaires publiques et du personnel d’Ingénieurs Canada ont rencontré 56 députés dans le but de discuter de la manière pour les ingénieurs de donner des conseils précieux, objectifs et fondés sur des données probantes concernant les politiques publiques et la prise de décisions. Les rencontres ont en particulier porté sur les priorités des relations gouvernementales d’Ingénieurs Canada, à savoir l’intégration de l’évaluation de la vulnérabilité aux effets des changements climatiques dans les décisions relatives aux grands projets d’infrastructures, et les efforts d’Ingénieurs Canada pour soutenir les femmes, les filles et les Autochtones dans les domaines des STIM. 

Énoncés de principe nationaux 

Ingénieurs Canada a recours à des énoncés de principe nationaux afin de souligner les priorités de la profession d’ingénieur en matière de politiques publiques dans ses discussions avec le gouvernement. Ces énoncés constituent des opinions fondées sur des données probantes à propos de questions de politiques publiques qui touchent la profession d’ingénieur.

En 2018, l’équipe des Affaires publiques a rédigé trois nouveaux énoncés de principe nationaux, qui ont été approuvés par le conseil d’Ingénieurs Canada :

Représentation 

Au cours de l’année, l’équipe des Affaires publiques participe périodiquement à des réunions en personne et à des échanges de courriels avec des élus (ministres ou députés), des sénateurs et des fonctionnaires pour promouvoir la réglementation du génie et la profession d’ingénieur..  

8. Diversité et Rayonnement

 

diversity

future city

future city

 

Jeunesse

Ingénieurs Canada appuie quatre programmes visant à mettre les jeunes en contact avec l’univers du génie : le Mois national du génie, la compétition Future City, l’écusson pour les Guides et le programme GÉNIales les filles.

Dans le cadre du Mois national du génie de 2018, plus de 560 événements se sont déroulés au pays, organisés par des centaines de bénévoles issus des organismes de réglementation provinciaux et territoriaux. Le site du Mois national du génie (explorelegenie.ca) a été relancé en février, juste à temps pour l’événement. S’il répondait toujours au mandat du Mois national du génie, le site a néanmoins été rafraîchi. Cette ressource est désormais accessible toute l’année et son contenu a été élargi pour ses principaux auditoires, soit les jeunes et les influenceurs jeunesse. Les pages du site ont été consultées plus de 250 000 fois au cours du mois de mars. La fonction interactive Trouver sa place, qui permet aux visiteurs d’apprendre comment leurs champs d’intérêt pourraient les mener à une carrière en génie, a été utilisée plus de 500 fois au cours du mois.

En 2018, Ingénieurs Canada a élargi le programme pilote Future City Canada. Pour cette deuxième année, le Conseil scolaire catholique du district de Durham s’est joint au programme. Deux équipes (l’une de l’Ontario et l’autre de l’Île-du-Prince-Édouard) ont participé à la finale, qui a eu lieu à Washington. L’équipe ontarienne, de l’école Alexander-Graham-Bell, a remporté un prix spécial dans la catégorie Meilleure zone résidentielle. Quelle réussite extraordinaire pour un programme qui commence à peine à prendre son envol! En tout, 1 365 élèves des 6e, 7e et 8e années de 61 écoles de l’Ontario, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick ont pris part au programme Future City. Par ailleurs, 67 enseignants ont intégré Future City dans leurs cours pour familiariser les élèves avec le processus de conception en génie et les mettre au défi de concevoir et de construire un modèle réduit d’une ville des années 2100 qui intègre des espaces publics multi-usages novateurs.

Ingénieurs Canada a poursuivi son programme d’écusson pour les Guides, lancé en 2016. Pour obtenir un écusson, les Guides doivent participer à des activités liées au génie sous la supervision d’un ingénieur ou d’un ingénieur stagiaire ou junior. En 2018, plus de 9 000 jeunes filles ont pris part à une activité liée au génie afin d’obtenir leur écusson d’ingénierie.

GÉNIales les filles est un événement annuel gratuit créé par l’Ontario Network of Women in Engineering et mené par les facultés de génie d’une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur de tout le pays. Chaque année, Ingénieurs Canada verse des fonds à ce programme qui offre à des filles de la 7e à la 11e année la chance d’en apprendre plus sur le génie par différentes expositions et activités pratiques toutes plus amusantes les unes que les autres. Des étudiantes de premier cycle, des ingénieures et des professeures participent à cette journée pour faire connaître leurs histoires de passion, d’inspiration et de réussite.

Étudiants

En 2018, Ingénieurs Canada a maintenu son partenariat de longue date avec la Fédération canadienne étudiante de génie (FCEG). Une fois de plus, il a offert son soutien à trois événements nationaux pour les étudiants de la FCEG, soit le congrès, la Compétition canadienne d’ingénierie et la Conférence sur la diversité en génie. Au cours de cette dernière, Ingénieurs Canada a coordonné et parrainé des étudiants autochtones de l’Université de la Saskatchewan, de l’Université McGill et de l’Université Queen’s qui nous ont fait part de leurs expériences et de leurs succès. Par ailleurs, au congrès, Ingénieurs Canada a animé une séance sur la voie vers l’obtention du permis d’exercice.

Femmes 

Soutenu par le Comité sur la participation équitable en génie tout au long de 2018, Ingénieurs Canada a pris part à un certain nombre d’initiatives afin de faire progresser sa défense des femmes et son appui à ces dernières au sein de la profession d’ingénieur.

Le groupe des champions de l’initiative 30 en 30 a été très actif : il a recruté des champions de l’Université de Victoria, de l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique, de l’Université de Calgary, de l’Université de l’Alberta, de l’Université de la Colombie-Britannique, du campus Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique, de l’Université Western, de l’Université McMaster, du Collège Conestoga, de l’Université Dalhousie, de l’Université de Sherbrooke, de l’Université Carleton, de l’Université Memorial de Terre-Neuve, de Professional Engineers Ontario, de l’Association des firmes de génie-conseil – Canada et de l’Académie canadienne du génie. Le groupe tient des téléconférences tous les trois mois. Au cours de celles-ci, il discute d’outils, de ressources, de pratiques exemplaires et de différents thèmes comme la coordination des activités nationales, la Priorité stratégique 3 (PS3) : Recrutement, maintien et développement professionnel des femmes en génie et les travaux de relations gouvernementales en cours dans le domaine des femmes en génie. Vers la fin de l’année, le groupe a commencé les préparatifs en vue des consultations sur la PS3.

 

En plus des réunions des champions, tout au long de l’année, le personnel et les représentants d’Ingénieurs Canada ont participé à différentes consultations, activités de rayonnement, rencontres et manifestations sur les femmes en génie. Citons notamment le soutien à un article du Globe and Mail sur l’initiative 30 en 30 et l’importance de la diversité en génie, la production et la promotion de deux vidéos pour la Journée internationale des femmes en génie et plusieurs allocutions prononcées à l’occasion d’événements organisés par des associations, des universités et des entreprises.

Peuples autochtones 

Le Groupe de travail sur la présence des Autochtones dans le domaine du génie (PAG) a tenu des téléconférences à plusieurs reprises au cours de l’année. Il a discuté de la création d’un plan d’action relatif à une stratégie de rayonnement auprès des peuples autochtones, qui a été terminé à la fin de l’été. Le groupe a également discuté de divers sujets, notamment : la prise de contact avec des députés autochtones sur la question des programmes de formation d’appoint pour les étudiants autochtones, la collaboration avec l’Association canadienne de l’éducation en génie en ce qui concerne l’autochtonisation de la formation en génie et la recherche de façons d’obtenir des informations à déclaration volontaire pour une collecte de données plus robustes sur les étudiants et les ingénieurs autochtones.

En plus de ces rencontres, Ingénieurs Canada a participé à plusieurs activités de parrainage et de sensibilisation en 2018. En février, il a parrainé le premier rassemblement national de la Canadian Indigenous Science and Engineering Society, Maanomatapoyah: First Steps, qui a eu lieu à l’Université Mount Royal. Le désir d’envisager un avenir où les étudiants et les professionnels autochtones des domaines des STIM n’ont pas à naviguer entre deux mondes était au cœur de cet échange de connaissances entre les secteurs et les générations. Matt Dunn, président du Comité sur la participation équitable en génie d’Ingénieurs Canada, a également pris part au colloque national de l’American Indian Science and Engineering Society, à Oklahoma City, en octobre. Cet événement couru vise l’échange de connaissances sur le perfectionnement scolaire et professionnel ainsi que le renforcement de la main-d’œuvre autochtone.

Le Conseil consultatif autochtone canadien (CCAC) a été créé après que l’AISES et le groupe de travail PAG d'Ingénieurs Canada eurent établi la nécessité d'avoir une représentation canadienne dans le processus décisionnel pour aider l'AISES à mieux répondre aux besoins de ses membres canadiens. Le CCAC fournit des conseils à l'AISES et a appuyé la création de la région canadienne de l'AISES, appelée .caISES, qui offre du soutien, du mentorat et des possibilités de réseautage aux peuples autochtones dans les domaines des STIM. De plus, le CCAC aide l'AISES à créer des opportunités pour les membres autochtones du Canada et à appuyer la mission de l'AISES qui est d’accroître de manière substantielle la représentation des peuples autochtones du Canada en génie, en sciences et dans d'autres disciplines technologiques connexes.

9. Mondialisation et développement durable

Participation d'Ingénieurs Canada à la conférence UNFCCC à Bonn, en Allemagne

Comité sur la mondialisation

Créé à l’automne 2016, le Comité sur la mondialisation fournit une expertise et des avis dans six domaines : les services d’ingénierie hors frontières et leurs répercussions; la promotion des répertoires internationaux de mobilité; l’inventaire des outils et des processus à l’appui des normes internationales de comportements pertinents en génie; la création d’un énoncé des intérêts du génie pour soutenir les négociations avec le gouvernement; la formulation d’observations sur les dispositions d’accords commerciaux touchant les services professionnels; et la préparation d’un énoncé de principe national sur la mondialisation des services de génie.

De janvier à septembre 2018, le Comité a tenu des réunions mensuelles pour examiner les progrès réalisés à l’égard de chacune de ces tâches. À l’automne 2018, quatre d’entre elles avaient été terminées, et un rapport définitif est attendu en 2019.

Par ailleurs, la position d’Ingénieurs Canada sur le commerce international dans les services professionnels s’est fait de plus en plus sentir dans les décisions des échelons supérieurs d’Affaires mondiales Canada. Cette réalisation a été rendue possible par la participation d’Ingénieurs Canada aux négociations de l’ACEUM et par les différents rapports de situation qu’il a présentés pendant des réunions du Ministère. Ingénieurs Canada a également eu l’occasion à plusieurs reprises de participer à des discussions sur des accords commerciaux régionaux, dans le cadre de réunions de comités ou de rencontres en personne.

CVIIP et PRI

Le programme du Comité sur la vulnérabilité de l’ingénierie des infrastructures publiques (CVIIP) comprend la gestion et distribution du Protocole du CVIIP, conçu par Ingénieurs Canada, qui vise à évaluer la vulnérabilité des infrastructures publiques aux risques climatiques. Parmi les travaux relatifs au CVIIP qui ont été menés en 2018, citons la rédaction d’une entente type de non-divulgation et la prestation d’ateliers au gouvernement fédéral et à des organismes provinciaux.

En juin 2018, Infrastructure Canada a mis en place l’exigence de l’Optique des changements climatiques à titre de condition pour la planification et le financement de projets d’infrastructures. Le Ministère répertorie le Protocole de CVIIP dans la liste des outils pertinents pour montrer que le climat a bien été pris en considération. Transports Canada ainsi que Services publics et Approvisionnement Canada ont mis en œuvre des programmes pluriannuels pour évaluer les risques et les vulnérabilités climatiques de leurs actifs, et le Protocole du CVIIP fait partie des outils utilisés. Parmi d’autres applications notables du Protocole, mentionnons l’évaluation de trois parcs municipaux à Mississauga et celle du campus de l’Hôpital général régional de Nanaimo.

À la fin de mai 2018, dans le cadre du Plan stratégique 2019-2021 approuvé par ses membres, le conseil d’Ingénieurs Canada a décidé de céder le Programme du CVIIP à un autre organisme. Parmi les travaux menés à cet égard, soulignons la création d’un plan de dessaisissement et la tenue de consultations avec des parties qui pourraient se montrer intéressées. En 2019, ces activités se poursuivront; une demande de déclarations d’intérêt et une demande de proposition seront publiées.

Par ailleurs, le Programme de certification de Professionnel de la résilience des infrastructures (PRI) s’est poursuivi de janvier à juin 2018. À l’heure actuelle, sept ingénieurs sont titulaires de la certification. Les travaux menés à ce chapitre comprennent la prestation de divers cours. En mai 2018, les membres du conseil d’Ingénieurs Canada ont approuvé le dessaisissement du Programme de PRI à une autre entité, dans le cadre du Plan stratégique 2019-2021 d’Ingénieurs Canada. De ce fait, le programme de PRI a été interrompu à la fin de juin 2018. Un plan de dessaisissement a par la suite été approuvé; il sera mené à bien d’ici la fin de 2019.

10. Services aux membres

Ingénieurs Canada veille à mettre à la disposition des ingénieurs des services et produits personnalisés à toutes les étapes de leur carrière.

En 2018, Ingénieurs Canada a continué d’élargir la gamme de régimes d’assurance et de services financiers à l’intention des membres de la profession d’ingénieur : 

  • Il a joué un rôle central dans la création et la mise en œuvre de l’exonération des primes en cas de perte d’emploi en collaboration avec Manuvie. Il s’agit d’une couverture unique en son genre au Canada dont pourront se prévaloir les ingénieurs qui participent au régime d’assurance-vie temporaire parrainé par Ingénieurs Canada. En vigueur au 1er avril, la garantie améliorée prévoit que la couverture d’assurance est maintenue gratuitement pendant une période maximale de 12 mois si l’assuré se trouve sans emploi en raison d’une mise à pied involontaire, d’un renvoi non motivé ou de la perte d’un travail indépendant avant 65 ans.
  • Il a signé des ententes avec tous les organismes de réglementation participant au programme d’assurance automobile et habitation parrainé par Ingénieurs Canada.
  • Enfin, en collaboration avec Pro-Form Sinclair Professional, il a produit deux courtes vidéos d’animation pour présenter les avantages et les prestations du programme d’assurance responsabilité professionnelle secondaire. Les vidéos ont été soutenues par des billets dans les médias sociaux et ont fait l’objet d’une couverture dans le bulletin d’Ingénieurs Canada. Elles ont également été transmises aux organismes de réglementation participants.

11. Protection des marques officielles 

Au nom des organismes provinciaux de réglementation de la profession d’ingénieur, Ingénieurs Canada détient et administre un portefeuille de propriété intellectuelle qui comprend des marques officielles et des marques de commerce enregistrées, notamment des marques de certifications enregistrées. Ingénieurs Canada est le propriétaire d’une marque officielle pour chacun des titres suivants : 

  • ENGINEER 
  • GÉNIE 
  • CONSULTING ENGINEER 
  • PROFESSIONAL ENGINEER 
  • ING. 
  • GÉNIE 
  • INGÉNIERIE 
  • INGÉNIEUR CONSEIL 
  • INGÉNIEUR 
  • ING. 

En collaboration avec les organismes de réglementation provinciaux et territoriaux, Ingénieurs Canada a consenti en 2018 à 48 demandes d’ingénieurs qui cherchaient à enregistrer pour une société de régime fédéral un nom contenant le terme « expert-conseil » ou des termes apparentés. 

12. Célébrer l’excellence en génie

Prix d’Ingénieurs Canada 

2018 Engineers Canada awards winners
Lauréats des Prix d'Ingénieurs Canada 2018  

Chaque année, dans le cadre de son Programme de prix, Ingénieurs Canada souligne l’excellence d’ingénieurs, d’équipes d’ingénieurs, de projets ou de réalisations d’ingénierie, ainsi que d’étudiants en génie canadiens. Les lauréats de l’an dernier sont les suivants : 

Deuxième rang, de gauche à droite :  

  • Hanan Anis, PhD, P.Eng. (PEO) : Médaille de distinction pour la formation en génie
  • Kevin Hodgins, P.Eng. (NAPEG) pour le Projet d’amélioration de l’Aéroport international d’Iqaluit : Prix national pour un projet ou une réalisation en génie
  • Maximilian Mantha, MBA, P.Eng. (PEO) : Distinction pour réalisation exceptionnelle d’un(e) jeune ingénieur(e)
  • Vanessa Raponi (membre de PEO à titre d’étudiante) : Médaille d’or des étudiant(e)s en génie

Premier rang, de gauche à droite : 

  • Levente L. Diosady, PhD, P.Eng. (PEO) : Médaille d’or
  • Jeannette Montufar, PhD, P.Eng. (EGM) : Prix pour le soutien accordé aux femmes en génie
  • Rosa Galvez, PhD, ing. (OIQ) : Distinction pour services méritoires – Service professionnel
  • Gary Schubak, M.A.Sc., P.Eng. (Engineers and Geoscientists BC) : Distinction pour services méritoires – Service communautaire

Bourses 

2018 Engineers Canada scholarship winners
Lauréats des bourses 2018 d'Ingénieurs Canada  

Chaque année, en partenariat avec Manuvie et TD Assurance Meloche Monnex, Ingénieurs Canada décerne six bourses totalisant 60 000 $ à des ingénieurs qui poursuivent des études universitaires complémentaires. Les lauréats des bourses 2018 sont, de gauche à droite : 

  • Holly Annand, M.Sc., P.Eng. (APEGS), qui axe sa recherche sur l’influence à la fois des changements climatiques et du drainage des terres humides sur les réactions hydrologiques des bassins des Prairies. Elle souhaite mettre au point des outils qui contribueront à long terme à maintenir la productivité agricole dans diverses régions des Prairies. 
  • Michael Ge, M.Sc., P.Eng. (APEGA), qui étudie les liens entre l’utilisation des terres et les transports dans le but de trouver de nouvelles façons de repenser les réseaux de transport pour des gens de tout âge et de toute capacité en réduisant la dépendance envers l’automobile et en faisant une meilleure utilisation de l’espace pour d’autres modes de transport. 
  • Junior Lagrandeur, M.Sc.A., ing. (OIQ), qui cherche à réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre des entreprises au moyen de tubes vortex —dispositifs simples et peu coûteux permettant de produire un débit d’air chaud et un débit d’air froid à partir d’une même source d’air comprimé sans intervention d’une pièce mobile ou d’un réfrigérant synthétique dommageable pour l’environnement. 
  • Jocelyn Peltier-Huntley, P.Eng. (APEGS), qui mène une étude à méthodologie mixte en combinant des données qualitatives et quantitatives pour réagir à la sous-représentation constante des femmes dans le secteur minier au Canada. Elle rédigera ensuite un guide pratique à l’intention des influenceurs en émergence dans le but de soutenir le virage culturel nécessaire au sein de leurs organisations, de la profession d’ingénieur et du secteur minier au Canada. 
  • Melody Johnson, M.A.Sc., P.Eng. (PEO), qui étudie si le prétraitement des effluents de vinification grâce à des procédés d’oxydation avancée peut servir à améliorer leur cotraitement dans des installations de traitement municipales. La population canadienne pourrait tirer profit de ces recherches grâce à une réduction de la masse de composés récalcitrants et toxiques déversés dans les cours d’eau. 

Absente de la photo : 

Sabrina Diemert, P.Eng. (Engineers and Geoscientists BC), qui cherche à améliorer notre compréhension du rôle joué par les communautés microbiennes dans le traitement des contaminants présents dans l’eau, ce qui pourrait servir à encourager la croissance d’espèces microbiennes particulières afin d’améliorer les technologies de traitement de l’eau et, à terme, profiter aux communautés autant dans les régions industrialisées qu’en développement.  

 

Fellows d’Ingénieurs Canada

Le titre de Fellow vise à honorer les personnes qui ont fait une contribution remarquable à la profession d’ingénieur par leur action au sein d’Ingénieurs Canada ou des organismes de réglementation du génie provinciaux et territoriaux.

En 2016, 88 personnes ont reçu le titre de Fellow d’Ingénieurs Canada : 

Professional Engineers Ontario

  • Hanan Anis, FEC, P.Eng. 
  • Ishwar Bhatia, FEC, P.Eng. 
  • Brett Chmiel, FEC, P.Eng. 
  • Ronald Clarkin, FEC, P.Eng. 
  • Benjamin de Haan, FEC, P.Eng. 
  • Roy Fernandes, FEC, P.Eng. 
  • Mohammad Horriyat, FEC, P.Eng. 
  • Fazlae (Murad) Hossain, FEC, P.Eng. 
  • David Kahn, FEC, P.Eng. 
  • Lindsay Keats, FEC, P.Eng. 
  • Clarence Klassen, FEC, P.Eng. 
  • Lisa MacCumber, FEC, P.Eng. 
  • Roshy (Stan) Mathew, FEC, P.Eng. 
  • Maged Naguib, FEC, P.Eng. 
  • Harneet Panesar, FEC, P.Eng. 
  • Adrian Pierorazio, FEC, P.Eng. 
  • Andrew Poray, FEC, P.Eng. 
  • Serge Robert, FEC, P.Eng. 
  • Peter Rozitis, FEC, P.Eng. 
  • Magdy Samaan, FEC, P.Eng. 
  • Paymon Sani-Bakhtiari, FEC, P.Eng. 
  • Ryan Spencer, FEC, P.Eng. 
  • Mihir Thakkar, FEC, P.Eng. 
  • Leanne Whiteley-Lagace, FEC, P.Eng. 
  • Tze-Wei (John) Yeow, FEC, P.Eng.  

Engineers PEI

  • Jason Lindsay, FEC, P.Eng.  

Engineers Geoscientists Manitoba

  • Kathryn Atamanchuk, FEC, P.Eng. 
  • Christopher Clary-Lemon, FEC, P.Eng. 
  • Keith Derksen, FEC, P.Eng. 
  • Jeannette Montufar, FEC, P.Eng. 
  • Trevor Ouellette, FEC, P.Eng. 
  • Philip Reynolds, FEC (Hon.), M.A.A. 

 

 Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta 

  • Saumya Barua, FEC, P.Eng. 
  • Douglas Buchanan, FEC, P.Eng. 
  • Genesh Chariyil, FEC, P.Eng. 
  • Keng Chung, FEC, P.Eng. 
  • Tapas Das, FEC, P.Eng. 
  • Malcolm Edirisinghe, FEC, P.Eng. 
  • Jennifer Enns, FEC, P.Eng. 
  • RaeAnne Leach, FEC, P.Eng. 
  • Brian Morrison, FEC, P.Eng. 
  • Don Raboud, PhD, FEC, P.Eng. 
  • Bob Rundle, FEC, P.Eng. 
  • Stanley Zwierzchowski, FEC, P.Eng. 

Engineers Nova Scotia 

  • Allison (Sonny) Launey, FEC, PE, P.Eng. 
  • Mary Miles, FEC, P.Eng. 
  • Mae Seto, FEC, P.Eng. 
  • Kristopher Dove, FEC, P.Eng. 

Professional Engineers and Geoscientists of Newfoundland and Labrador 

  • Gerard Dunphy, FEC, P.Eng. 
  • Michael W. Greene, FEC, P.Eng. 
  • William Maybee, FEC, P.Eng. 
  • Kevina Willmott, FEC (Hon.) 

Association of Professional Engineers and Geoscientists of Saskatchewan 

  • Ernest M. Barber, FEC, P.Ag., P.Eng. 
  • John Baron, FEC, P.Eng. 
  • Daniel L. Bonnet, FEC, P.Eng. 
  • Donald H. George, FEC, P.Eng. 
  • Rajesh Karki, FEC, P.Eng. 
  • Kerry A. Mazurek, FEC, P.Eng. 
  • Wendy Paddock, FEC (Hon.) 
  • Gregory F. Vogelsang, FEC, P.Eng., P.Geo. 

 

Ordre des ingénieurs du Québec 

  • Pierre-Claude Aïtcin, FIC, ing. 
  • André Bazergui, FIC, ing. 
  • Réjean Breton, FIC, ing. 
  • Christophe Guy, FIC, ing. 
  • Sylvain Martel, FIC, ing. 
  • Louise Millette, FIC, ing. 

NAPEG 

  • Krishan G. Bassi, FEC, P.Eng. 
  • Kevin D. Bolstad, FEC, P.Eng. 
  • J. Paul Guy, FEC, P.Eng. 
  • Heather E. Hayne, FEC, P.Eng. 
  • Sudhir K. Jha, FEC, P.Eng. 

Ingénieurs et géoscientifiques Nouveau-Brunswick  

  • Francis X. Collins, FEC, P.Eng. 
  • Thomas H. MacNeil, FEC, P.Eng. 

Ingénieurs Canada  

  • Marie Claverie, FIC (hon.) 
  • Chantal Colavizza, FEC (Hon.) 
  • Lisa Dennis, FEC (Hon.) 
  • Randa Dirani, FEC (Hon.) 
  • Lucy Lefebvre, FEC (Hon.) 
  • Marlene McCourt, FEC (Hon.) 
  • Alexander Olivas, FEC (Hon.) 
  • Lynne Tremblay, FIC (hon.) 
  • Lynn Villeneuve, FEC (Hon.) 
  • Doris Yee, FEC (Hon.) 
 
 
 

13. Ressources internes 

Technologies de l’information

En 2018, Ingénieurs Canada a entrepris une grande initiative interne surnommée le « programme Espace ». Il s’agissait de la migration des environnements internes de courriels et SharePoint vers une plateforme d’infonuagique. Dans les premiers mois, l’équipe s’est butée à plusieurs difficultés dans la préparation de la transition de l’environnement de courriels, un travail ardu et minutieux. Toutefois, ses efforts ont été récompensés en mai, à la transition des courriels de tout le personnel dans le nuage, puis en juillet, lorsque l’environnement SharePoint d’Ingénieurs Canada y a été migré également. Pendant le reste de l’année, les efforts ont été concentrés sur le développement d’une nouvelle architecture de l’information qui exploitera pleinement les fonctionnalités considérables de SharePoint et qui sera déployée en 2019.

Excellence organisationnelle 

L’équipe d’Excellence organisationnelle offre périodiquement aux équipes d’Ingénieurs Canada son soutien à la planification ou à des projets, par exemple, la coordination des réunions du conseil et la mise en place du Plan opérationnel annuel (POA). En plus de ses tâches courantes, en 2018, l’équipe a été chargée d’harmoniser le POA aux exigences prévues dans le nouveau Plan stratégique 2019-2021. 

Pendant l’année, l’équipe a appuyé plusieurs initiatives d’importance destinées à améliorer les processus qui soutiennent les travaux d’Ingénieurs Canada :

  • Gestion de projets et du changement dans le cadre d’importantes initiatives comme le Programme d’amélioration de l’agrément, le projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation (GPSC) et le programme Espace;
  • Processus de soumission en vue de la certification de niveau argent de la Norme d’excellence, d’innovation et de mieux-être d’Excellence Canada;
  • Vaste initiative de gestion du changement et de formation dans le cadre du programme Espace (Space Race), conçue pour aider le personnel à exploiter la suite d’outils d’Office 365.

Cette dernière initiative, fondée sur une approche de travail en équipe, a fait participer tout le personnel à un environnement d’apprentissage ludique et informatif qui lui a permis de se familiariser avec les nouveaux outils et applications.

Groupe de travail sur les communications 

En plus de ses tâches courantes de soutien aux programmes et aux initiatives d’Ingénieurs Canada, l’équipe des communications a mené en 2018 plusieurs projets destinés à améliorer l’expérience des auditoires et des parties prenantes d’Ingénieurs Canada. Pendant l’année, l’équipe a effectué une mise à jour structurée des principales pages du site Web et des pages les plus consultées, a mis en place de nouveaux procédés pour l’évaluation des pages Web et a entrepris la validation externe des améliorations. En septembre, l’équipe a aussi lancé une version rafraîchie du bulletin national d’Ingénieurs Canada, qui porte maintenant le titre de Parlons génie. La refonte a été entreprise afin de mettre davantage l’accent sur les enjeux qui ont des incidences sur le présent et l’avenir du génie.

14. Notre culture 

 

engineering olympics

halloween

pride day

 
staff meeting
Réunion du personnel

Parcours vers l’excellence 

Le parcours vers l’excellence d’Ingénieurs Canada a officiellement été entrepris le 19 janvier 2016 lorsque la direction a pris la décision de mettre sur pied une démarche systématique relativement à ses activités d’amélioration continue en vue d’atteindre ses objectifs à court, à moyen et à long terme. Ce parcours serait suivi en traversant les différents niveaux de la Norme d’excellence, d’innovation et de mieux-être d’Excellence Canada.

Le 6 novembre 2018, Ingénieurs Canada a atteint un nouveau jalon dans son parcours vers l’excellence. À l’occasion de la cérémonie des Prix Canada pour l’excellence, qui a eu lieu à Toronto, Ingénieurs Canada a reçu la certification argent pour la norme d’excellence, d’innovation et de bien-être décernée par Excellence Canada. Les Prix Canada pour l’excellence représentent la plus haute reconnaissance de l’excellence organisationnelle au Canada. La satisfaction de cette norme représente des améliorations organisationnelles importantes qui ont amélioré l’orientation et l’axe de l’organisme, ont permis de réduire le roulement de personnel et d’implanter une culture d’amélioration continue. Les employés sont motivés et travaillent dans une culture qui encourage et valorise la libre circulation de l’information dans un souci de croissance continue. Dans leur ensemble, ils optimisent la capacité d’Ingénieurs Canada à servir la profession.National Capital Region’s Top Employers logo

Palmarès des 100 meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale 

En avril 2018, Ingénieurs Canada a été reconnu comme l’un des meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale pour l’année 2018, et ce, pour la troisième année consécutive. Ce titre spécial reconnaît les employeurs de la région métropolitaine d’Ottawa-Gatineau qui offrent un milieu de travail exceptionnel. Le choix d’Ingénieurs Canada repose sur plusieurs raisons, notamment son soutien aux nouveaux parents, sa culture d’excellence organisationnelle et ses dons de charité.

Dons de charité

En 2018, le personnel d’Ingénieurs Canada a continué de faire état de sa forte implication dans la communauté et de ses activités bénévoles : 

  • En juillet, le personnel d’Ingénieurs Canada a pris part au tournoi de volley-ball de plage HOPE et versé près de 1 000 $ à six organismes caritatifs locaux, soit Jeux Olympiques Spéciaux de l’Ontario – Ottawa métropolitain, la Dementia Society of Ottawa and Renfrew County, La Mission d’Ottawa, la Fondation du cancer de la région d’Ottawa, la Fondation de l’aide à l’enfance d’Ottawa et Fais-Un-Vœu de l’est de l’Ontario Canada.
  • Comme chaque année, le personnel d’Ingénieurs Canada fait volontairement des dons à la Fondation commémorative du génie canadien (FCGC) au moyen d’une retenue salariale. 
  • En décembre, le personnel d’Ingénieurs Canada a donné 800 $ à l’organisme Live Work Play, dans le cadre de ses dons de charité de la période des fêtes. Live Work Play est un organisme de bienfaisance qui permet à des adultes ayant une déficience intellectuelle de s’intégrer dans leur collectivité comme des citoyens valorisés.
  • En décembre, Ingénieurs Canada a organisé pour la période des fêtes une collecte de denrées alimentaires — la participation a été extraordinaire!
  • Toujours en décembre, Ingénieurs Canada a organisé le défi des fêtes Merveilles en pain d’épices, qui a permis aux ingénieurs du pays de recueillir 20 000 $ qui ont été versés aux organismes de charité choisis par les participants.

 

15. Nos membres

Les membres d'Ingénieurs Canada sont les 12 organismes provinciaux et territoriaux de réglementation du génie au Canada.

 

 

16. Nos gens

En date de janvier 2019 

Conseil d’administration

Administrateurs et administratrices 

Annette Bergeron

Annette Bergeron, FEC, P.Eng.
Présidente
Ontario
Directrice, Bergeron Consulting

David T. Lynch

David T. Lynch, PhD, P.Eng., FCAE, FEC, FEIC, FCIC, FGC (Hon.)
Président élu
Alberta                                                              
Professeur émérite (génie chimique), Université de l'Alberta

Russ Kinghorn

Russ Kinghorn, FEC, P.Eng.
Président sortant
Colombie-Britannique
Directeur, Kinghorn Systems Engineering

Kathy Baig

Kathy Baig, MBA, FIC, ing.
Québec
Présidente, Ordre des ingénieurs du Québec

Christian Bellini

Christian Bellini, FEC, P.Eng.
Ontario
Directeur, Blackwell Structural Engineers

Jean Boudreau

Jean Boudreau, FEC, P.Eng.
Nouveau-Brunswick - Directrice et ingénieure principale des transports,
GEMTEC Limited

Terry Brookes

Terry Brookes, FEC, P.Eng.
Territoires du Nord-Ouest - Directeur adjoint des installations aéroportuaires, ministère des Transports, gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

David W. Brown

David W. Brown, P.Eng., BDS, C.E.T.
Ontario        
Asssocié principal et directeur de l'ingénierie, TaskForce Engineering Inc.

Jeff Card

Jeff Card, FEC, P.Eng.
Terre-Neuve-et-Labrador
Gestionnaire principal de bâtiments – Bell Canada

Louis Champagne

Louis Champagne, FIC, ing.
Québec

Danny Chui

Danny Chui, FEC, P.Eng.
Ontario - Gestionnaire,
Travaux d’immobilisations, Exhibition Place

Sarah Devereaux

Sarah Devereaux, M.Eng., FEC, P.Eng.
Nouvelle-Écosse        
Partenaire, Dillon Consulting Ltd.

Lisa Doig

Lisa Doig, MBA, FEC, P.Eng.
Alberta
Directrice, O’Doig Consulting

Justin Dunn

Justin Dunn, FEC, P.Eng.
Île-du-Prince-Édouard
Directeur, Gestion des installations, Collège Holland

Gary Faulkner

Gary Faulkner, PhD, FEC, FGC (Hon.), P.Eng.
Alberta
Directeur, Recherche sur la réadaptation et Développement technologique, Services de santé de l’Alberta

Dwayne Gelowitz

Dwayne Gelowitz, FEC, P.Eng., FCSCE
Saskatchewan         
Directeur, Infrastructure, Clifton Associates Ltd.

Sandra Gwozdz

Sandra Gwozdz, FIC, ing.
Québec        
Ingénieure de projet, Bombardier Aéronautique

Jeff Holm

Jeff Holm, FEC, P.Eng., FGC (Hon) - Colombie-Britannique
Gestionnaire principal,
Infrastructures, Allnorth Consultants Limited

Carole Lamothe

Carole Lamothe, ing.
Québec
Directrice de projets majeurs, EUROVIA Québec

Dawn Nedohin-Macek

Dawn Nedohin-Macek, FEC, P.Eng.
Manitoba
Gestionnaire de portefeuille de projets, Manitoba Hydro

Connie Parenteau

Connie Parenteau, FEC, FGC (Hon), P.Eng.
Alberta

 

Rakesh Shreewastav

Rakesh Shreewastav, FEC, P.Eng., AVS
Ontario
Gestionnaire, Infrastructure civile, Metrolinx

Richard Trimble

Richard Trimble, FEC, P.Eng.
Yukon
Consultant principal – Région de l’Arctique, Exercice du génie

 

 

Conseillers et conseillères

Ann English

Ann English, P.Eng.
Chef de la direction et registratrice, APEGBC
Présidente, Groupe des chefs de direction

Gerard McDonald

Gerard McDonald, MBA, P.Eng.
Chef de la directionIngénieurs Canada

 

 

Personnel

  • Aude Adnot-Serra  
  • Maria Arrieta  
  • Susan Bourgon  
  • Colin Brown  
  • Catherine Christoffersen  
  • Jessica Christou  
  • Marie Claverie  
  • Chantal Colavizza  
  • Lisa Dennis  
  • Randa Dirani  
  • Shelley Ford  
  • Brent Gibson  
  • Linda Gray  
  • Willow Guy  
  • Johanne Lamarche  
  • John Langlois 
  • David Lapp  
  • Marlene McCourt  
  • Gerard McDonald  
  • Emily McParland  
  • Ryan Melsom  
  • Jorge Monterrosa  
  • Ivan Ntale  
  • Alexander Olivas  
  • Martha Oram  
  • Mélanie Ouellette  
  • Cassandra Polyzou  
  • Tracey Pope
  • Stephanie Price  
  • Aneel Rangi  
  • Adam Rodrigues  
  • Emily Rowan  
  • Carole Roy  
  • Lorelei Scott  
  • Kyle Smith  
  • Daphne Smith  
  • Jeanette Southwood  
  • Evelyn Spence
  • Beryl Strawczynski  
  • Joey Taylor  
  • Renée Taylor  
  • Heidi Theelen  
  • Joachim Toelke  
  • Lynn Tremblay  
  • Dan Villeneuve  
  • Lynn Villeneuve  
  • Mya Warken  
  • Doris Yee
 

17. Nos commanditaires

Ingénieurs Canada remercie ses commanditaires pour leur soutien continu et leur contribution à l’assemblée générale annuelle et au Gala des Prix de 2018.

Platine

TD logoManulife logo

Argent

Great West Life logo Encon logo

Bronze

Hub International logoXL Group Insurance logo

 

Partenaires

RSM logo

Amis

Budget logo

18. États financiers 

Télécharger les états financiers de 2018