Engineers Canada

Mobilité des ingénieurs à l'échelle internationale

En raison de la mondialisation et des avancées en matière de commerce international et de services aux entreprises, il devient de plus en plus important pour les ingénieurs que leurs titres de compétences soient reconnus dans le monde entier.    

Pour protéger la réputation de la profession d’ingénieur, il est essentiel de s’assurer du bon fonctionnement du permis d’exercice et de la réglementation pour faciliter la mobilité internationale. De cette façon, le public continuera d’avoir l’assurance que les ingénieurs, peu importe où ils ont fait leurs études, possèdent la formation et les connaissances nécessaires pour exercer le génie avec compétence et intégrité.

Les ingénieurs formés à l’étranger qui souhaitent exercer le génie au Canada

Au Canada, la profession d’ingénieur est réglementée et les ingénieurs doivent détenir un permis d’exercice dans chaque province ou territoire où ils souhaitent exercer. Cela s’applique en tout temps, que vous déménagiez au Canada de façon permanente ou que vous n’y restiez que pour une durée déterminée. Plusieurs structures, décrites ci-dessous, ont été mises en place pour faciliter la mobilité des ingénieurs. Cependant, nous vous conseillons de commencer par les suivantes : 

Les structures en place pour faciliter la mobilité internationale

  1. Les accords internationaux

L’Accord de Washington : Il s’agit d’une entente entre les organisations responsables de l’agrément des programmes menant à un diplôme en génie dans 18 pays. L’Accord reconnaît l’équivalence substantielle des programmes et recommande que les diplômés des programmes agréés par n’importe lequel des organismes signataires soient réputés satisfaire aux exigences universitaires des autres organismes signataires pour accéder à l’exercice de la profession d’ingénieur.   

Les pays signataires de l’Accord de Washington sont les suivants :

l’Australie; le Canada; la Chine; le Taipei chinois; Hong Kong; l’Inde; l‘Irlande; le Japon; la Corée; la Malaisie; la Nouvelle‑Zélande; la Russie; Singapour; l’Afrique du Sud; le Sri Lanka; la Turquie; le Royaume‑Uni; les États‑Unis.

Les accords commerciaux internationaux : La plupart des accords commerciaux existants portent sur les domaines généraux de la coopération économique, y compris le commerce des biens et des services. L’Accord économique et commercial global (AECG) récemment négocié entre le Canada et l’Union européenne porte directement sur les services d’ingénierie et la mobilité des ingénieurs à titre de professionnels. L’AECG encadre la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles (ingénieurs compris). Par conséquent, cet accord fournit une base de négociation aux pays qui veulent signer des ententes de reconnaissance mutuelle (ERM).

  1. Les accords de pays

Ingénieurs Canada a conclu cinq ententes de reconnaissance mutuelle (ERM) avec des organisations d’ingénieurs étrangères. Cependant, l’adoption et la reconnaissance de ces ententes par les organismes de réglementation canadiens varient selon les provinces et les territoires.   

Pour savoir si une ERM est reconnue dans une province ou un territoire en particulier, communiquez avec les organismes canadiens de réglementation du génie concernés.

Ingénieurs Canada a conclu une ERM avec les organisations d’ingénieurs des pays suivants :

l’Australie; la France; Hong Kong, en Chine; l’Irlande; les États‑Unis (uniquement le Texas).

Pour l’Australie

Pour la France

Pour Hong Kong, en Chine

Pour l’Irlande :

Pour le Texas, aux États‑Unis

  1. Répertoires internationaux

Ingénieurs Canada est signataire de deux répertoires internationaux. Les ingénieurs inscrits dans les répertoires ont plus de chance de circuler rapidement entre les pays participants. 

Les deux répertoires sont les suivants :

  1. L’International Professional Engineers Agreement (IPEA) répertorie les ententes de reconnaissance concernant les équivalences substantielles des normes et des systèmes d’assurance de la qualité utilisés pour établir la compétence des ingénieurs qui veulent exercer de façon autonome.   
  2. L’APEC Engineer Competence Agreement (APECEA) répertorie les ententes de reconnaissance concernant les équivalences substantielles des normes et des systèmes d’assurance de la qualité utilisés pour établir la compétence des ingénieurs qui veulent exercer de façon autonome dans les pays de l’APEC.

Pour savoir si un répertoire est reconnu dans une province ou un territoire du Canada en particulier, communiquez avec les organismes de réglementation du génie concernés.

Références :

Pour plus des informations

Pour de plus amples informations, communiquez avec Kyle Smith, Chef de pratique, Évaluations kyle.smith@engineerscanada.ca