no image
Engineers Canada logo

Le 11 avril, Ingénieurs Canada célèbre la Journée internationale en rose pour contrer l’intimidation et célébrer la diversité

2018.04.11

Par Gerard McDonald, MBA, P.Eng., chef de la direction d’Ingénieurs Canada

le personnel d’Ingénieurs Canada est fier de porter du roseCe deuxième mercredi d’avril est la Journée internationale en rose. Aujourd’hui, le personnel d’Ingénieurs Canada est fier de porter du rose pour prendre position contre la discrimination et l’intimidation dans la communauté du génie et dans tous les milieux de travail. Cette journée s’inscrit dans un effort international pour accroître la sensibilisation à l’intimidation et la discrimination, tout particulièrement aux préjugés fondés sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.  

Cette manifestation a commencé en 2007 dans une école secondaire de la Nouvelle-Écosse quand deux élèves hétérosexuels ont vu un élève gay se faire intimider parce qu’il portait une chemise rose. Les deux garçons ont été tellement révoltés par cet incident que, quelques jours plus tard, ils ont convaincu tous les élèves de l’école de porter du rose en signe de solidarité. La Journée internationale en rose est maintenant une célébration annuelle de la diversité et une occasion de manifester pour faire cesser toutes les formes d’intimidation dans les écoles, les milieux de travail et les collectivités partout dans le monde.

Au moment où nous nous efforçons d’accroître la diversité au sein de la profession d’ingénieur, notamment en encourageant la participation des femmes et des Autochtones, nous devons nous pencher sur la culture qui existe dans nos milieux de travail, nos salles de classe et nos environnements professionnels. La discrimination peut prendre de nombreuses formes, comme le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, le capacitisme, l’âgisme, le colonialisme et l’antisémitisme. Ces formes de discrimination existent encore dans le milieu de l’ingénierie – comme dans de nombreux autres milieux de travail – et elles peuvent mener à l’intimidation, au harcèlement, à la haine et à la violence. Elles créent des barrières et entraînent le mauvais traitement de personnes qui souhaitent réaliser leur rêve de faire carrière en génie.

Les employeurs et les entreprises ont la responsabilité de créer des environnements de travail sécuritaires et sains, et bon nombre d’entre eux ont mis en place des politiques en matière de violence et de harcèlement au travail afin de protéger leurs employés et de promouvoir un climat de travail sécuritaire et sain. Professional Engineers Ontario (PEO), par exemple, a adopté une politique contre la violence et le harcèlement en milieu de travail qui définit comment l’organisme atténuera les risques de violence au travail, et comment les signalements de harcèlement, d’intimidation ou de violence seront examinés et traités. De même, Randstad Canada s’est doté d’une solide politique en matière de violence et de harcèlement au travail qui décrit les engagements de la direction et des employés et sous-traitants en vue de prévenir, signaler et faire enquête sur les cas de harcèlement. Les politiques ne suffisent pas toujours pour faire changer la culture du milieu de travail, mais elles constituent un premier pas. Le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail est une autre ressource qui offre une fiche d’information sur l’intimidation en milieu de travail.

Personne ne devrait être victime de discrimination ou de harcèlement – dans n’importe quel environnement. Aujourd’hui, nous portons du rose pour appuyer cette position, mais notre engagement à mettre fin à l’intimidation et à promouvoir la diversité au sein de la profession d’ingénieur vaut toute l’année. Nous nous engageons collectivement à faire des progrès réels pour éliminer l’intimidation et inspirer la solidarité.