no image
Engineers Canada logo

Lors de la Journée internationale des femmes, la profession d’ingénieur continue comme tous les jours de réclamer des progrès

2018.03.06

Russ Kinghorn

Par Russ Kinghorn, M.B.A., FEC, P.Eng., IntPE

Le 8 mars 2018, Ingénieurs Canada se joint à des organismes, des regroupements, des gouvernements et des particuliers du monde entier pour célébrer la Journée internationale des femmes.

Avec des mouvements comme #Moiaussi et #TimesUp, nous avons été témoin l’an dernier d’un élan de plus en plus marqué de l’activisme mondial vers l’égalité des femmes. Aujourd’hui, plus que jamais, on ressent une réelle urgence d’aller de l’avant, de rechercher la parité des genres et de réclamer des progrès.

Le thème de la Journée internationale des femmes de cette année, #PressforProgress, représente un appel bien senti à motiver les collectivités à penser et agir dans le souci de la parité des genres.

Au sein de la communauté du génie, cela fait de nombreuses années que nous cherchons à faire bouger les choses et nous allons continuer dans cette voie jusqu’à ce que la profession d’ingénieur soit le reflet plus juste de la démographie canadienne. En effet, si les femmes représentent 50 pour cent de la population canadienne, elles ne comptent que pour moins de 13 pour cent des ingénieurs en exercice.

Mais, grâce à une collaboration soutenue et à des partenariats fructueux, Ingénieurs Canada se mobilise pour accroître la participation des femmes à la profession d’ingénieur en cernant les initiatives susceptibles d’attirer davantage de femmes vers le génie, de favoriser leur maintien dans la profession et de démontrer les bienfaits de la diversité et de l’inclusivité au sein des programmes de formation en génie et dans les milieux de travail.

Par exemple, Ingénieurs Canada et les organismes provinciaux et territoriaux du génie se sont engagés à hausser la proportion de nouvelles ingénieures jusqu’à 30 pour cent d’ici 2030, alors que ce chiffre est actuellement de 17 pour cent à l’échelle nationale. Ingénieurs Canada et chacun des organismes de réglementation ont nommé un champion ou une championne de l’initiative 30 en 30, et ces champions, de concert avec les représentants des établissements postsecondaires et des autres organismes réunissant des ingénieurs ont tenu leur première rencontre en personne en janvier afin de voir comment amplifier leurs efforts mutuels afin de concrétiser l’objectif 30 en 30.

Toutefois, afin d’aborder la question des obstacles à l’accession des femmes à la profession, les parties prenantes du génie doivent aussi bénéficier du soutien de politiques gouvernementales à l’échelle nationale visant à encourager les jeunes — et plus particulièrement les jeunes filles — à envisager d’entreprendre des études postsecondaires en génie et d’embrasser une carrière d’ingénieur. C’est pourquoi Ingénieurs Canada a pressé le gouvernement fédéral de financer et de soutenir des initiatives visant à encourager les jeunes filles et les femmes à faire des études dans les domaines des STIM, en particulier en génie. 

Dans la même veine, Ingénieurs Canada a aussi réclamé des changements au système actuel de congés de maternité, de manière à ce que, une fois dans la profession, les femmes puissent trouver un équilibre entre leur carrière et les exigences qu’impose la tâche d’élever une famille. Souvent, le manque de souplesse dans les options de congé et l’organisation des horaires de travail contribue à l’attrition des femmes au sein de la profession d’ingénieur. Dans nos recommandations au gouvernement, nous avons plaidé en faveur de solutions souples, notamment du travail à temps partiel, du télétravail ou du partage de poste, de manière à permettre à davantage de femmes de devenir ingénieures et de le rester.

Ce ne sont là que quelques-unes des mesures prises par Ingénieurs Canada pour favoriser la parité des genres au sein de notre profession. Et c’est avec le soutien de l’ensemble de la communauté du génie, du gouvernement et des parties prenantes adoptant la même ligne de pensée que nous multiplierons nos façons de réclamer des progrès.

À l’occasion de cette Journée internationale des femmes, je vous encourage donc à nous dire comment vous réclamerez des progrès vers la parité des genres au sein de la profession d’ingénieur (en anglais seulement).