Engineers Canada
Document Viewer Exit Document Viewer

Programme d’ingénieur stagiaire – Guide public

Partager:
Date: 
février 2012

Avis

Avertissement

Les guides et les livres blancs nationaux d’Ingénieurs Canada sont élaborés par des ingénieurs, en collaboration avec les organismes de réglementation du génie provinciaux et territoriaux. Ces guides sont destinés à favoriser des pratiques uniformes à l’échelle du pays. Ce ne sont pas des règlements ni des règles. Ils visent à définir et à expliquer certains aspects de l’exercice et de la réglementation du génie au Canada.

Les guides et livres blancs nationaux n’établissent pas de norme légale de diligence ou de conduite et ne comprennent ni ne constituent d’avis juridique ou professionnel.   

Au Canada, le génie est réglementé par les organismes de réglementation du génie en vertu des lois provinciales et territoriales. Ces organismes sont libres d’adopter, entièrement ou en partie, les recommandations contenues dans les guides et les livres blancs nationaux ou de ne pas les adopter. Il revient à l’organisme de réglementation de la province ou du territoire où exerce ou envisage d'exercer l’ingénieur de décider du bien-fondé d’une pratique ou d’une ligne de conduite.  

À propos de ce guide

Ce guide national a été préparé par le Bureau canadien des conditions d’admission en génie (BCCAG) en concertation avec les organismes de réglementation et il est destiné à fournir des orientations à ces organismes. Le lecteur est invité à consulter en même temps les lois et règlements pertinents de l’organisme de réglementation dont il dépend.

À propos d’Ingénieurs Canada

Ingénieurs Canada est l’organisme national constitué des ordres provinciaux et territoriaux qui sont chargés de réglementer l’exercice du génie au Canada et de délivrer les permis d’exercice aux 295 000 membres de la profession. 

À propos du Bureau canadien des conditions d’admission en génie

Le Bureau canadien des conditions d’admission en génie est un comité du conseil d’Ingénieurs Canada composé de bénévoles. Il a pour rôle d’offrir du leadership national et des recommandations aux organismes de réglementation en ce qui concerne l’exercice du génie au Canada. À cet égard, il élabore à l’intention des organismes de réglementation et du public des guides et des livres blancs qui permettent d’évaluer les compétences en génie, facilitent la mobilité des ingénieurs et favorisent l’excellence en matière d’exercice et de réglementation du génie.

1 Introduction

En vertu de la législation provinciale/territoriale, toute personne qui exerce le génie dans une zone de compétence donnée est tenue d’obtenir un permis auprès de l’organisme de réglementation approprié. Pour obtenir un permis, les requérants doivent :

  • posséder les titres universitaires nécessaires;
  • démontrer qu’ils possèdent de l’expérience de travail pertinente dans leur domaine;
  • comprendre les pratiques et les conditions locales;
  • maîtriser la langue de la province ou du territoire où ils exercent;
  • faire preuve de bonne moralité;
  • comprendre et appliquer les lois et les principes déontologiques qui encadrent le génie, directement ou indirectement, et les normes professionnelles qui engagent leur responsabilité.

Une fois les titres universitaires obtenus, les exigences restantes (à l’exception possible des compétences linguistiques) sont satisfaites pendant une certaine période de temps (quatre ans selon le Exercice de la profession d'ingénieur au Canada – Guide public), période pendant laquelle le requérant devient en principe un ingénieur stagiaire. C’est au cours de cette période que l’ingénieur stagiaire doit faire la transition entre la situation de candidat à l’obtention d’un permis et la vie professionnelle.

path to engineering licensure diagram

Figure 1 : Le Programme d’ingénieur stagiaire dans la vie du futur ingénieur

1.1 Objet du Programme d’ingénieur stagiaire

Le Programme d’ingénieur stagiaire a pour objet de faciliter la transition de l’ingénieur stagiaire ou junior du statut de diplômé en génie à celui d’ingénieur entièrement qualifié, apte à assumer la responsabilité de l’exercice de la profession d’ingénieur telle que définie dans le Exercice de la profession d'ingénieur au Canada – Guide public sur les plans professionnel et technique. Le Programme d’ingénieur stagiaire fait le lien entre le statut de candidat à l’obtention d’un permis (en tant qu’étudiant ou personne formée en génie à l’étranger) et tout autre programme de développement professionnel continu et des compétences, comme l’illustre la figure 1. Il est structuré de façon à aider les diplômés des programmes agréés et non agréés par le Bureau canadien d’agrément de programmes de génie à satisfaire aux exigences d’expérience en génie et à faire preuve de leur connaissance des questions liées au professionnalisme et à la déontologie. Il aidera individuellement les ingénieurs stagiaires à comprendre leur relation avec l’employeur/client, l’organisme de réglementation et la société, comme l’illustre la figure 2. L’ingénieur stagiaire peut offrir sa contribution aux trois composantes de différentes façons et, ce faisant, il constitue une force motrice responsable de sa propre réussite.

Interactions autour de l’ingénieur stagiaire diagram

Figure 2 : Interactions autour de l’ingénieur stagiaire

1.2 Avantages du Programme d’ingénieur stagiaire

L’avantage du Programme d’ingénieur stagiaire pour l’employeur/client tient au fait que le produit fini du Programme est un ingénieur qui possède de la formation, de l’expérience, des compétences et des titres universitaires. Les employeurs obtiennent un aperçu de la profession d’ingénieur, apprennent à connaître les besoins professionnels de leur personnel en génie et jouissent de la présence d’une équipe de professionnels sur place.

Pour l’ingénieur stagiaire, l’avantage du Programme d’ingénieur stagiaire est l’encadrement fourni afin de veiller à ce que l’ingénieur stagiaire acquière de l’expérience de qualité, aiguise son sens du professionnalisme et de la déontologie et obtienne son permis le plus facilement possible. Le Programme d’ingénieur stagiaire comporte aussi le concept d’apprentissage continu et met l’accent sur l’importance de l’autoréglementation.

L’avantage du Programme d’ingénieur stagiaire pour la société est que l’ingénieur stagiaire aura acquis une compréhension profonde de l’ampleur des répercussions de ses activités sur la préservation de la vie, de la santé, des biens, des intérêts économiques, du bien-être public et de l’environnement. L’ingénieur stagiaire aura également appris à contribuer à la société d’une manière constructive, par le biais de bénévolat et d’autres activités.

L’organisme de réglementation bénéficiera de l’existence d’un Programme d’ingénieur stagiaire qui attire des diplômés en génie dans la profession et qui lui permet de vérifier leur expérience de travail et de leur faire part de commentaires pertinents. Pour la profession d’ingénieur, le Programme d’ingénieur stagiaire comporte les avantages suivants :

  • des membres mieux préparés et motivés sur le plan professionnel au moment de l’inscription,
  • moins de cas limites difficiles pour déterminer l’admission,
  • une assurance de la qualité plus rigoureuse à l’égard des candidats admis et
  • une pertinence et une interaction accrues avec les employeurs.

Ce guide fournit un cadre pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un Programme d’ingénieur stagiaire. Il est fourni aux organismes de réglementation en vue de favoriser l’adoption d’une base commune pour ce genre de programme. En adoptant ce guide, les organismes de réglementation contribueront à offrir des programmes d’ingénieurs stagiaires suffisamment uniformes, de manière à favoriser une mobilité relativement sans heurts des ingénieurs stagiaires dans tout le Canada.

2 Cheminement dans le programme d’ingénieur stagiaire et obtention d’un permis

Les candidats qui cherchent à obtenir un permis au Canada proviennent d’horizons variés, de sorte qu’il peut y avoir plusieurs façons de cheminer dans le Programme d’ingénieur stagiaire. Il faut encourager tous les candidats à suivre le Programme d’ingénieur stagiaire de façon à profiter de l’encadrement offert par le superviseur et (ou) le mentor et s’assurer que les candidats accumulent l’expérience de travail en génie pertinente de manière à satisfaire aux exigences en la matière. Cet encadrement prépare le stagiaire à démontrer que l’expérience de travail en génie qu’il a acquise satisfait aux exigences, et à présenter l’information nécessaire à l’organisme d’attribution de permis. Tous les nouveaux diplômés devraient être encouragés à terminer le Programme d’ingénieur stagiaire dans son intégralité.

De plus, les candidats qui possèdent de nombreuses années d’expérience devraient aussi être encouragés à s’inscrire au Programme d’ingénieur stagiaire pendant la période où ils doivent apporter des preuves de leur expérience (ou acquérir de l’expérience dans un environnement canadien), démontrer leur développement professionnel continu et leur développement axé sur la participation, le cas échéant, et passer l’examen sur l’exercice de la profession. On admet que les demandeurs de permis ne s’inscriront pas tous à un programme d’ingénieur stagiaire, mais les employeurs, les superviseurs, les mentors et les organismes de réglementation doivent se rappeler que les éléments obligatoires de ce  programme s’appliquent à tous les demandeurs de permis.

3 Expérience de travail en génie

On exige un minimum de quatre ans d’expérience de travail pertinente en génie (deux ans au Québec), y compris au moins une année dans un contexte canadien. L’année d’expérience requise dans un contexte canadien a pour objet de veiller à ce que l’ingénieur stagiaire connaisse bien les pratiques canadiennes locales.

Le Admission à l’exercice de la profession d’ingénieur au Canada – Guide public définit l’exigence de l’expérience de travail en génie comme étant le fait de démontrer que l’on possède les compétences fondamentales en génie. Ces compétences sont : 

  1. Appliquer les connaissances, les méthodes et les techniques propres au génie
  2. Utiliser les technologies, les outils et les équipements du génie
  3. Protéger la sécurité du public
  4. Gérer les activités d’ingénierie
  5. Communiquer les informations relatives aux activités d’ingénierie
  6. Travailler avec collaboration avec autrui dans un milieu de travail canadien
  7. Maintenir et améliorer ses compétences et ses connaissances en génie

Pour démontrer qu’ils possèdent ces compétences fondamentales, les candidats doivent donner des exemples de situations tirées de leur expérience du travail en génie dans lesquelles ils ont appliqué chaque compétence. Cela permet aux organismes de réglementation d’évaluer la qualité de l’expérience de travail non seulement par rapport à ce que le candidat a accompli, mais aussi par rapport à la façon dont les tâches ont été accomplies et à la raison pour laquelle elles l’ont été. Chaque organisme de réglementation a sa méthode pour évaluer dans quelle mesure les candidats satisfont aux exigences en matière d’expérience de travail en génie.

La description complète de chaque compétence, indiquant quels actes le candidat doit effectuer pour démontrer qu’il possède une compétence, figure à le Admission à l’exercice de la profession d’ingénieur au Canada – Guide public

Le Admission à l’exercice de la profession d’ingénieur au Canada – Guide public recommande que l’expérience de travail en génie soit normalement acquise pendant que les requérants sont inscrits à titre d’ingénieurs stagiaires, de manière à ce qu’ils puissent obtenir l’encadrement et la supervision nécessaires pour les préparer sur les plans technique et professionnel en vue de l’obtention d’un permis.

Dans le cadre du Programme d’ingénieur stagiaire, tout ingénieur stagiaire devrait idéalement être supervisé par un ingénieur. Le superviseur doit fournir de l’encadrement technique à l’ingénieur stagiaire et assumer la responsabilité des travaux effectués par ce dernier. Le rôle du superviseur est décrit en détail à l’annexe B.

Dans l’idéal, un autre ingénieur devrait également être désigné pour servir de mentor à l’ingénieur stagiaire pendant toute la durée du Programme. Le mentor doit assurer l’encadrement de l’ingénieur stagiaire afin de veiller à ce qu’il soit au courant des compétences fondamentales en génie qui sont exigées et qu’il participe à des activités qui lui permettront de démontrer qu’il possède ces compétences. Le rôle du mentor est décrit en détail à l’annexe B.

Il faudrait demander à tous les ingénieurs stagiaires d’élaborer des démonstrations de compétences à mesure qu’ils acquièrent de l’expérience de travail en génie. L’organisme de réglementation devrait fournir de l’encadrement et des commentaires en temps opportun à l’ingénieur stagiaire au sujet des démonstrations de compétences. Le processus de comptes rendus et de commentaires peut comprendre des rapports écrits ou en ligne et devrait fournir à l’ingénieur stagiaire une indication de ses progrès. Ces progrès devraient être transférables lorsque l’ingénieur stagiaire déménage dans une autre province ou un autre territoire.

3.1 Développement axé sur la participation

L’objectif général du développement axé sur la participation est de veiller à ce que l’ingénieur stagiaire devienne un ingénieur qui contribue activement à la communauté (celle-ci peut inclure l’emplacement géographique, l’organisme de réglementation, la profession, etc.) et qui comprend l’importance du bénévolat pour la profession. Plus précisément, le développement axé sur la participation devrait permettre à l’ingénieur stagiaire :

  • de comprendre l’importance du bénévolat au service ou au nom de la profession d’ingénieur et de son apport possible à la profession d’ingénieur;
  • de perfectionner ses compétences interpersonnelles et autres compétences personnelles (non liées à l’emploi), telles que le sens de l’organisation, l’esprit d’équipe et l’aptitude à déléguer;
  • de mieux saisir l’apport des ingénieurs à la société, ainsi que son propre apport.

L’annexe A renferme une description des activités qui facilitent le développement axé sur la participation.

3.2 Comptes rendus et évaluation

Les comptes rendus et l’évaluation de l’expérience de travail en génie et des compétences fondamentales en génie constituent une composante importante du Programme d’ingénieur stagiaire. Les ingénieurs stagiaires devraient consigner en permanence leur expérience de travail et leurs activités de développement professionnel et faire des comptes rendus de ces activités au besoin. Les organismes de réglementation des provinces et des territoires devraient fournir aux ingénieurs stagiaires des commentaires et des conseils en temps opportun en ce qui concerne leur progression vers la satisfaction des exigences liées à l’obtention de leur permis d’ingénieur.

Chaque organisme de réglementation a ses propres exigences en matière de compte rendu. Pour plus d’information, consulter le site Web de l’organisme de réglementation compétent.

Étant donné que le programme d'ingénieur-stagiaire nécessite le soutien et la coopération du superviseur, et met en jeu la formation et le développement professionnel continus, l'organisme de réglementation devrait veiller à ce que les employeurs et les superviseurs soient au courant des exigences du programme d'ingénieur stagiaire. L'organisme de réglementation devrait demander l'aide et le soutien des employeurs pour que les ingénieurs stagiaires aient un superviseur ingénieur qui coopère avec le programme d'ingénieur stagiaire et pour s'assurer que l'ingénieur stagiaire a la possibilité de participer à suffisamment d’activités de développement professionnel. De plus, l’organisme de réglementation devrait veiller à ce que les superviseurs et les mentors soient conscients de leurs responsabilités dans le cadre du programme d'ingénieur-stagiaire, tel que décrit à l'annexe B.

4 Professionnalisme et déontologie

L’ingénieur stagiaire doit démontrer son professionnalisme et son sens de l’éthique et démontrer ses connaissances à cet égard. Cet aspect peut être évalué par le biais d’entrevues, de rapports d’évaluateurs, de comptes rendus de l’ingénieur stagiaire sur son expérience de travail et de l’examen sur l’exercice de la profession [voir le Guide national relatif à l’examen sur l’exercice de la profession d’Ingénieurs Canada].

L’environnement de travail de l’ingénieur stagiaire devrait offrir la possibilité de comprendre les lois et les règlements qui régissent l’exercice du génie dans la province ou le territoire d’exercice et d’en observer la mise en œuvre, et de bien mesurer l’incidence de l’éthique sociale et des affaires dans un environnement de travail en génie. L’ingénieur stagiaire pourra ainsi comprendre :

  • la valeur du titre d’ingénieur dans son travail;
  • la nécessité de cultiver une conscience sociale et environnementale;
  • le rôle de la profession dans la société;
  • comment mettre en pratique les concepts du professionnalisme en ce qui a trait à la protection de l’intérêt public;
  • la nécessité d’appuyer l’organisme de réglementation en échange du privilège d’exercer une profession autoréglementée;
  • l’importance de toujours travailler dans les limites de sa formation et de son expérience;
  • les concepts de responsabilité, de reddition de comptes et d’engagement;
  • les lois et les règlements qui régissent l’exercice de la profession dans sa province ou son territoire.

Annexe A – les rôles du superviseur, du mentor et de l’ingénieur stagiaire

Les interprétations suivantes présentent des descriptions plus détaillées des principaux rôles énoncés dans le Guide national :

  • I L’ingénieur stagiaire
  • II Le superviseur
  • III Le mentor

I - L’ingénieur stagiaire

L’ingénieur stagiaire est un candidat au permis d’exercice qui a satisfait aux exigences en matière de titres universitaires et de bonne moralité, et qui effectue une période de formation en milieu de travail afin de satisfaire aux exigences en matière d’expérience de travail. Ces exigences englobent l’acquisition d’une expérience acceptable de travail en génie et la compréhension des éléments suivants :

  • l’application de la Loi sur les ingénieurs, de la réglementation, des règlements internes et du code de déontologie dans un environnement professionnel;
  • Les responsabilités et les éventuelles obligations associées à l’exercice d’une profession autoréglementée;
  • l’importance de la relation entre l’ingénieur et ses clients, ses employeurs, son organisme de réglementation et la société;
  • l’importance du développement professionnel continu pour l’amélioration des compétences techniques, ainsi que des habiletés organisationnelles, personnelles, en affaires et en travail d’équipe;
  • les limites de ses propres connaissances, tant sur le plan technique que sur le plan non technique;
  • les pratiques et les conditions locales.

La période de formation permet à l’ingénieur stagiaire de s’exposer à ces éléments et lui donne le temps de les comprendre pleinement et de les mettre activement en application.

À la fin de la période de formation, l’ingénieur stagiaire devrait être devenu un ingénieur pleinement qualifié qui est techniquement et professionnellement capable d’assumer la responsabilité de l’exercice du génie.

Le rôle de l’ingénieur stagiaire

L’ingénieur stagiaire doit se conformer au programme d’ingénieur stagiaire, acquérir de l’expérience et des conseils pertinents, être exposé à la déontologie et au professionnalisme dans le domaine du génie, et exécuter des activités de développement professionnel.

L’ingénieur stagiaire travaille sous la direction d’un ou de plusieurs superviseurs, et peut aussi avoir un mentor qui lui fournira des conseils supplémentaires (voir les sections pertinentes, ci-dessous).

L’ingénieur stagiaire devrait :

  • comprendre et respecter les exigences du programme d’ingénieur stagiaire de son organisme de réglementation;
  • participer activement à son propre processus de formation;
  • documenter toutes ses expériences de travail et activités de développement professionnel dans un format de présentation qui soit acceptable pour son organisme de réglementation;
  • acquérir des habiletés en matière de communication, de prise de décision et de leadership;
  • utiliser ses capacités intellectuelles et analytiques pour parfaire son développement professionnel;
  • assumer la responsabilité du développement de sa propre carrière.

Au bout du compte, le succès de cette période de développement repose principalement sur l’intérêt, l’enthousiasme, la motivation personnelle et la curiosité de l’ingénieur stagiaire.

L’ingénieur stagiaire peut travailler en ingénierie sans être titulaire d’un permis à condition de le faire sous la supervision d’un ingénieur titulaire d’un permis qui revoit son travail et en assume la responsabilité. Il n’est pas nécessaire que cette personne soit le superviseur direct de l’ingénieur stagiaire. 

L’ingénieur stagiaire ne peut pas exercer le génie sans supervision ou de façon indépendante.

Parcours types de l’ingénieur stagiaire:

 

Parcours types de l’ingénieur stagiaire diagram

Sites Web des organismes de réglementation du génie

Outils offerts par Ingénieurs Canada

II – Le superviseur

Normalement, le superviseur est un ingénieur titulaire d’un permis qui inspecte le travail de l’ingénieur stagiaire, comme indiqué dans la Loi sur les ingénieurs ou dans les Normes d’exercice. Le superviseur a le pouvoir de donner des instructions et d’assigner du travail à des subordonnés, et il assume la responsabilité de ce travail.

Le rôle du superviseur

Le superviseur a pour rôle d’assigner à l’ingénieur stagiaire du travail d’ingénierie propice à favoriser son développement en tant que praticien indépendant. Un bon superviseur tient compte du bien-être de ses employés, ainsi que du travail qui doit être exécuté pour assurer le succès de l’organisation. Le superviseur joue également un rôle dans la formation continue et le développement professionnel de l’ingénieur stagiaire.

Afin d’aider le mieux possible l’ingénieur stagiaire à se développer et à devenir un praticien indépendant, le superviseur devrait être un ingénieur titulaire d’un permis. Si cela n’est pas possible, le travail d’ingénierie du stagiaire doit néanmoins être inspecté par un ingénieur titulaire d’un permis. Voir, ci-dessous, la section « Le superviseur non-ingénieur ».

Tout superviseur devrait :

  • s’assurer que le travail assigné permet à l’ingénieur stagiaire d’acquérir les expériences prescrites;
  • fournir un exemple de bonnes pratiques de travail et d’habiletés organisationnelles, comme la prise de notes, l’entrée de données dans un cahier de bord, les calculs, et l’acquisition de bonnes habitudes de classement/d’enregistrement;
  • connaître les exigences en matière d’expérience de travail de l’organisme de réglementation;
  • s’assurer que le travail assigné présente un degré progressif de complexité et de responsabilité, et amène l’ingénieur stagiaire à devenir un professionnel indépendant;
  • assigner du travail correspondant aux capacités et aux compétences de l’ingénieur stagiaire;
  • fournir des conseils et du soutien contribuant au développement de l’ingénieur stagiaire;
  • tenir l’ingénieur stagiaire informé de son rendement et lui faire des suggestions d’améliorations;
  • fournir au stagiaire des occasions de développer ses compétences en gestion et d’acquérir une expérience pratique à cet égard;
  • sensibiliser le stagiaire aux activités et aux tâches à différents niveaux de l’organisation;
  • encourager le stagiaire à participer aux activités offertes par des sociétés industrielles, techniques et professionnelles;
  • aider l’ingénieur stagiaire à trouver des occasions de développement professionnel et de formation technique.

Le superviseur ingénieur devrait aussi :

  • assumer la responsabilité du travail effectué par l’ingénieur stagiaire;
  • exercer dans le même domaine du génie que l’ingénieur stagiaire;
  • assurer l’exactitude technique du travail de l’ingénieur stagiaire;
  • promouvoir la profession d’ingénieur et les buts de l’organisme de réglementation auprès de l’ingénieur stagiaire;
  • démontrer l’importance de respecter le code de déontologie et d’exercer le génie dans l’intérêt du public;
  • certifier la documentation de l’expérience de travail (c.-à-d. les entrées dans le cahier de bord) préparée par l’ingénieur stagiaire pour l’obtention du permis d’exercice;
  • agir comme répondant de l’ingénieur stagiaire dans le cadre du processus d’attribution du permis.

Le superviseur non-ingénieur :

  • devrait s’assurer qu’un titulaire de permis d’exercice est désigné pour assumer la responsabilité du travail d’ingénierie de l’ingénieur stagiaire;
  • est encouragé à contacter l’organisme de réglementation  pour s’assurer que toutes les responsabilités afférentes à la supervision d’un ingénieur stagiaire sont respectées.

III – Le mentor

Le mentorat est le jumelage d’une personne plus compétente ou plus expérimentée avec une autre personne moins compétente ou moins expérimentée, et ce, afin de permettre à la personne moins expérimentée d’acquérir des habiletés et des compétences précises pour atteindre des objectifs à long terme. Le processus de mentorat devrait être positif pour l’ingénieur stagiaire et pour le mentor.

Mise en garde : Dans certaines zones de compétence, le terme « mentor » désigne l’ingénieur titulaire d’un permis d’exercice qui assume la responsabilité du travail d’ingénierie de l’ingénieur stagiaire quand le superviseur de ce dernier n’est pas titulaire d’un permis d’exercice. Cependant, dans ce guide d’interprétation, ce terme est employé dans son sens large de guide, conseiller sage et expérimenté.

Le rôle du mentor

Le mentor ne devrait pas se substituer à l’employeur en ce qui concerne la formation ou la supervision de l’ingénieur stagiaire. En général, il joue un rôle complémentaire consistant à aider l’ingénieur stagiaire, à le conseiller, à l’inspirer et à lui servir de modèle.

Le mentor devrait :

  • aider le nouveau diplômé à faire la transition du milieu universitaire à l’exercice professionnel;
  • promouvoir la profession et les buts de l’organisme de réglementation auprès de l’ingénieur stagiaire;
  • fournir à l’ingénieur stagiaire des orientations concernant la culture et les pratiques commerciales canadiennes types;
  • aider l’ingénieur stagiaire à obtenir le titre professionnel d’ingénieur;
  • fournir au stagiaire de l’aide sur les aspects non techniques du programme de stage, comme les habiletés en communications et en relations interpersonnelles, les habiletés en gestion, et la compréhension des incidences sociales de l’exercice de la profession;
  • aider l’ingénieur stagiaire à mieux connaître le milieu de l’ingénierie dans son ensemble;
  • encourager l’ingénieur stagiaire à envisager des options de carrière et de développement professionnel;
  • guider l’ingénieur stagiaire et l’aider à trouver des solutions à des situations difficiles;
  • encourager l’ingénieur stagiaire à participer à des sociétés industrielles, techniques et professionnelles;
  • préserver la confidentialité de toutes les discussions avec l’ingénieur stagiaire, à moins d’entente contraire avec celui-ci;
  • rencontrer régulièrement l’ingénieur stagiaire pour discuter de ses progrès par rapport aux buts et aux objectifs qu’il a lui-même fixés.

Le mentor ne devrait pas :

  • servir de substitut à une démarche officielle de développement professionnel;
  • servir de substitut à une démarche officielle de formation technique;
  • constituer une voie d’avancement rapide dans les rangs d’une organisation;
  • constituer une solution de rechange à l’établissement de relations professionnelles véritables avec les superviseurs;
  • résoudre les problèmes de l’ingénieur stagiaire – le mentor aide l’ingénieur stagiaire uniquement en le conseillant;
  • servir de substitut à une démarche officielle d’évaluation du rendement;
  • remplacer le Comité des examinateurs ou les comités d’évaluation de l’expérience de travail, à moins que le mentor ait reçu le mandat explicite d’évaluer l’expérience de travail de l’ingénieur stagiaire pour le compte de l’organisme de réglementation.

Exigences à satisfaire pour devenir mentor :

Le mentor idéal est un ingénieur titulaire d’un permis possédant au moins sept années d’expérience dans l’exercice du génie. En outre, le mentor devrait :

  • posséder un certain niveau de maturité ou d’expérience
  • être expérimenté dans les techniques de mentorat
  • être au fait des responsabilités afférentes au mentorat
  • être capable de fournir des références attestant de sa propre conduite professionnelle.

Le mentor devrait garder une certaine distance par rapport à l’ingénieur stagiaire (c.-à-d. ne pas être un parent, un ami ou un superviseur), et pouvoir maintenir une relation professionnelle avec lui.

Le mentor, tel qu’il est défini dans ce guide d’interprétation, n’assume pas la responsabilité technique ou autre du travail de l’ingénieur stagiaire. Le mentor a pour rôle d’encourager et de guider l’ingénieur stagiaire.

Termes utilisés par les organismes  de réglementation du génie du Canada

Anglais

Français

Définition

Engineer-in Training

Ingénieur stagiaire

L’ingénieur stagiaire est un candidat au permis d’exercice qui a satisfait aux exigences en matière de titres universitaires et de bonne moralité, et qui effectue une période de formation en milieu de travail afin de satisfaire aux exigences en matière d’expérience de travail.

Engineering Intern

Ingénieur stagiaire

Équivalent de « Engineer-in-Training »; utilisé en Ontario.

Junior Engineer

Ingénieur junior

Équivalent de «Engineer-in-Training »; utilisé au Québec.

Member-in-Training

Membre stagiaire

Utilisé par les organismes de réglementation comptant dans leurs rangs des ingénieurs et des géoscientifiques; désigne à la fois les stagiaires en génie et en géosciences.

Mentor

Mentor

Guide ou conseiller fiable.

Referee

Répondant

Ingénieur qui fournit à l’organisme de réglementation des renseignements sur la nature de l’expérience de travail en génie de l’ingénieur stagiaire.

Sponsor

Parrain

Traduction du terme « parrain » provenant de l’OIQ; équivalent de « mentor », mais avec un rôle officiel dans le programme de parrainage, tel que défini dans les règlements de l’OIQ.

Supervisor

Superviseur

Gestionnaire direct de l’ingénieur stagiaire.

Annexe B - approches du développement axé sur la participation

On peut adopter les approches suivantes en vue d’offrir ou d’obtenir le développement professionnel axé sur la participation.

  • Offrir des cours de développement personnel (c.-à-d., axés sur des connaissances supplémentaires qui ne sont pas directement liées à l’emploi, mais qui servent à compléter l’ensemble des compétences du participant).
  • Offrir des possibilités de réseautage aux ingénieurs stagiaires (p. ex., l’occasion d’appartenir à la section régionale d’un organisme de réglementation, d’établir des liens avec des étudiants universitaires et de mettre sur pied des groupes répondant aux besoins des ingénieurs stagiaires afin de discuter de questions techniques et non techniques ou de tisser des liens).
  • Participer à des activités de sensibilisation dans les universités et les écoles.
  • Participer à des activités de sensibilisation au sein de l’organisme de réglementation.
  • Participer à des activités de sensibilisation au sein de la communauté.

La participation pourrait être divisée en deux secteurs :

  • services professionnels
  • services communautaires

On trouvera ci-dessous des exemples d’activités dans ces secteurs.

Activités liées aux services professionnels

  • Participer à l’organisation ou à la présentation d’un exposé à une assemblée générale ou à un séminaire d’un organisme de réglementation ou d’une section régionale.
  • Siéger à un comité d’organisme de réglementation ou d’association.
  • Participer aux activités d’un comité de société technique.
  • Offrir un poste de jumelage à un étudiant.
  • Assurer le mentorat d’un étudiant à l’extérieur du milieu de travail.
  • Participer à une expo-sciences.
  • Préparer et présenter un exposé sur la carrière d’ingénieur devant une classe de niveau primaire ou secondaire ou un organisme de jeunes.
  • Participer à des journées d’orientation ou à un salon des carrières en affectant du personnel à un kiosque et (ou) en préparant et en mettant sur pied une exposition sur le génie.
  • Parrainer un étudiant en génie lors du dîner annuel des ingénieurs.

Activités liées aux services communautaires

  • Occuper un poste administratif et participer activement aux activités d’un club communautaire, d’un groupe culturel ou d’un organisme religieux.
  • Encadrer ou diriger une équipe ou organiser un événement culturel.
  • Participer aux activités d’un organisme communautaire bénévole.
  • Participer à l’organisation et à la production (son, éclairage, scène, etc.) d’un événement communautaire tel qu’une pièce de théâtre ou un concert.
  • Organiser et coordonner un événement de bienfaisance.