Engineers Canada
Document Viewer Exit Document Viewer

Rapport annuel 2019

Partager:
Date: 
mai 2020

Mot du président

David T. Lynch

L’année 2019 a été une année charnière pour Ingénieurs Canada. Au terme de la série de changements importants et de la réorientation qui ont caractérisé les quelques années précédentes, cette année a vu l’implantation de la première phase critique des travaux de mise en œuvre du Plan stratégique 2019-2021 d’Ingénieurs Canada. En plus de consultations et des activités opérationnelles régulières, une énorme quantité de travail a été réalisée en coulisses dans le but de planifier et approuver des sous-stratégies pour des dossiers clés, mener à bien les dernières étapes du projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation, un projet essentiel, et, de manière plus générale, jeter les assises de vastes initiatives au cours des années à venir.

Grâce à l’élaboration de sous-stratégies sur la diversité, l’accès des Autochtones au génie et les relations avec le gouvernement en 2019, Ingénieurs Canada sera désormais en mesure de suivre une démarche stratégique bien tracée dans ces domaines essentiels. En réalité, les progrès sont déjà remarquables. Ainsi, l’approbation de notre sous-stratégie concernant les femmes en génie dans le cadre de la Priorité stratégique 3 a fortement contribué à harmoniser la mise en œuvre des ressources des organismes de réglementation, des établissements d’enseignement et de l’industrie à l’échelle nationale. Par conséquent, le rôle d’Ingénieurs Canada à titre d’organisme fédérateur s’en est trouvé éclairci et renforcé. Parallèlement à notre sous-stratégie sur l’accès des Autochtones au génie, qui a également été approuvée l’année dernière, ce travail sur les femmes en génie nous rapprochera beaucoup de l’objectif que nous visons tous : une profession reflétant de plus en plus la constitution de la société canadienne.

L’année dernière a aussi donné lieu à plusieurs réalisations notables. Le système en ligne d’évaluation sur la base des compétences a été inauguré en Saskatchewan et à l’Île-du-Prince-Édouard, et il est prévu de l’implanter dans d’autres provinces et territoires. Nous avons été témoins de l’implantation de la première phase de notre nouveau système de gestion des données, Tandem, dans le cadre du Programme d’amélioration de l’agrément. Pour la première fois, des établissements d’enseignement supérieur offrant des programmes de génie agréés ont pu utiliser Tandem pour remplir notre enquête annuelle sur les inscriptions et les diplômes décernés. D’après les commentaires reçus, le système a été bien planifié et est facile à utiliser. C’est une base solide pour les améliorations à venir et les nouveaux bénéfices à en tirer. Autre nouvelle concernant l’agrément, à l’automne, le Comité sur la responsabilité en matière d’agrément a commencé à travailler sur notre cadre de mesure de l’efficacité, de la fiabilité, de la transparence et de l’efficience du système d’agrément. En mettant au point cet outil d’évaluation essentiel des programmes, nous nous assurerons que les travaux du Bureau d’agrément continueront d’être de plus en plus efficaces, fiables, transparents et efficients.

Quand je compare Ingénieurs Canada aujourd’hui à ce qu’il était au début de 2019, je constate qu’il a progressé sur le plan de l’orientation stratégique et que ses ressources servent essentiellement à répondre aux préoccupations de la profession d’ingénieur au Canada et à combler ses besoins. Les organismes provinciaux et territoriaux de réglementation du génie sont plus en mesure de tirer profit de la réflexion collective des autres parties prenantes en génie ailleurs au pays et les prises de position d’Ingénieurs Canada à l’échelle nationale sont bien adaptées pour servir les intérêts de la profession. En somme, c’est avec grand enthousiasme que j’anticipe ce qui nous attend : une année charnière implique tout à la fois un plan, des assises et une rampe de lancement!

Cordialement,
David T. Lynch, PhD, FCAE, FEC, FEIC, FCIC, P.Eng.
Président, Ingénieurs Canada

 
 

 

 

 

 
 
 

Priorité stratégique 1 : Programme d’amélioration de l’agrément

The Accreditation Improvement Project team
L’équipe du Programme d’amélioration de l’agrément

Le Programme d’amélioration de l’agrément (PAA) est un effort coordonné pour améliorer l’agrément des programmes d’études en génie et l’enquête sur les inscriptions et les diplômes décernés. Lancé en 2017, ce programme a progressé sur plusieurs plans essentiels en 2019.

Nous avons réalisé une première en menant à bien l’enquête annuelle sur les inscriptions et les diplômes décernés à l’aide de Tandem, notre nouveau système de gestion des données. Dans le cadre de cette innovation, les utilisateurs ont reçu une formation sous la forme d’une série de webinaires assortie de la diffusion de documents de formation et de soutien sur demande. À la suite de l’enquête, nous avons expédié un formulaire de rétroaction, auquel les établissements d’enseignement supérieur ont généralement réagi en signalant avoir pu remplir le questionnaire sans trop de difficulté. Ils ont en outre indiqué quelques points à améliorer pour les futures enquêtes. Sur la base de ces données et avec l’aide de Doyennes et doyens d’ingénierie Canada (DDIC), nous sommes parvenus à établir la liste de 17 améliorations prioritaires suggérées pour l’enquête sur les inscriptions et les diplômes décernés de 2020.

L’amélioration continue représente un autre élément essentiel du PAA. En 2019, nous avons mis en œuvre un processus d’amélioration continue permettant de cerner, d’analyser et de classer par priorité les améliorations suggérées aux processus d’agrément et de créer un processus de mesure de l’incidence des améliorations. Grâce à ce processus d’amélioration continue, tous les commentaires concernant l’agrément reçus par Ingénieurs Canada sont consignés et classés par priorité en vue d’en faire le suivi.

En 2020, nous poursuivrons nos efforts pour préparer le système Tandem à la collecte de données sur l’agrément.

Priorité stratégique 2 : Responsabilité en matière d’agrément

Bureau d’agrément

alt-here

La transparence et la responsabilité garantissent que nos clients et parties prenantes bénéficient du travail assidu de notre personnel permanent et de nos bénévoles comme cela est prévu. En effectuant la consultation préliminaire à son Plan stratégique 2019-2021, Ingénieurs Canada a tiré des enseignements de la perception parmi les parties prenantes de l’agrément selon laquelle le travail du Bureau d’agrément est un processus complexe et opaque, où il y a des surprises et où les décisions autonomes sont monnaie courante. Le conseil a estimé cette question suffisamment importante pour être considérée comme une priorité stratégique ‒ une évolution stratégique d’une extrême importance, exigeant l’attribution de ressources adéquates.

L’année 2019 a vu de gros progrès dans la résolution de ce problème. Plus tôt cette année, le BCAPG a créé le Comité sur la responsabilité en matière d’agrément, constitué de six membres, cinq membres du BCAPG et un représentant des organismes de réglementation. Au cours de l’été, ce comité a publié une demande de propositions en vue de retenir les services d’un consultant chargé de contribuer à l’élaboration d’une évaluation des programmes pour le BCAPG; le choix s’est porté sur Higher Education and Beyond, une équipe d’expérience spécialisée en la matière.

Ce nouveau partenariat ayant été mis en place, l’automne a été marqué par une consultation sur la responsabilité en matière d’agrément auprès du conseil d’Ingénieurs Canada, du Groupe des chefs de direction, du BCAPG, des établissements d’enseignement supérieur (les doyens et les représentants nommés récemment des programmes d’enseignement de premier cycle en génie au Canada), ainsi que des membres actuels et passés d’équipes d’agrément du BCAPG. Les questions posées portaient notamment sur les qualités d’un bon système d’agrément, les avantages espérés et les buts de l’agrément, de même que les points de vue que le Comité sur la responsabilité en matière d’agrément devrait adopter pour évaluer le système d’agrément du BCAPG.

Les réponses obtenues à ces questions, ainsi que la transcription de plusieurs entrevues d’experts, seront intégrées dans un outil d’évaluation concis, bien ciblé et pertinent constituant un cadre d’évaluation de l’efficacité, la fiabilité, la transparence et l’efficience du système d’agrément. Le travail sur le cadre d’évaluation se poursuit en 2020, avec pour objectif une première mesure au cours du cycle d’agrément 2020/2021.

À côté des travaux effectués par le Comité sur la responsabilité en matière d’agrément, Ingénieurs Canada a aussi mené à bien une consultation sur un document intitulé Mesure du contenu des programmes d’études, au-delà des UA, qui a pris fin le 15 novembre 2019. Ce travail a débouché sur une recommandation du BCAPG portant sur une réduction de 1950 à 1850 du nombre minimal d’unités d’agrément pour quantifier le contenu des programmes de génie. Le conseil votera sur cette proposition lors de sa réunion de mai 2020.

 

Priorité stratégique 3 : Recrutement, maintien et développement professionnel des femmes en génie 

alt-here
Ingenium et Ingénieurs Canada ont organisé, dans le cadre de la Journée internationale des femmes en génie, un Rédact-o-thon Wikipédia pour créer et éditer des pages sur des ingénieures canadiennes.

À la fin de l’année 2018, la proportion nationale de nouvelles diplômées en génie s’établissait à 18,1 pour cent ‒ bien en deçà de l’objectif de 30 pour cent en 2030. Devant cette constatation, le conseil d’Ingénieurs Canada a proposé de redoubler d’efforts pour faire la promotion du génie auprès des femmes dans son Plan stratégique 2019-2021, en y incluant des interventions à plusieurs étapes clés du cheminement professionnel : le recrutement, le maintien et le développement professionnel des femmes en génie.

Le mandat émanant des organismes de réglementation qui en a résulté a débouché sur plusieurs étapes clés en 2019 dans le but d’accélérer le changement dans ce domaine. Plus tôt dans l’année, nous avons effectué une analyse contextuelle, d’où sont tirées les sections de cette partie sur l’initiative 30 en 30; fourni un résumé des activités des champions portant sur le recrutement, le maintien et le développement professionnel des femmes en génie, et défini le rôle d’Ingénieurs Canada comme organisme fédérateur national. Nous avons aussi publié des données fondamentales basées sur le nombre actuel de femmes dans la filière du génie, avec une projection des chiffres jusqu’en 2030. Sur  cette base, nous avons créé quatre groupes de travail chargés d’examiner des questions propres à des étapes clés de la filière du génie : l’enseignement primaire et secondaire, le niveau postsecondaire, le début de la carrière et l’industrie. Au terme d’une consultation auprès des organismes de réglementation, des champions de 30 en 30 et du Comité sur la participation équitable en génie, nous avons élaboré des plans d’action pour trois étapes clés.

Comme ça a été le cas dans de nombreux secteurs pour notre organisme cette année, une grande partie de ce travail a été réalisée en coulisses et donnera lieu à des mesures concrètes en 2020 et au-delà. Il faut cependant souligner de nombreuses réalisations notables en cours d’année, dont une collaboration avec Ingenium afin de tenir un Rédact-o-thon dans le cadre de la Journée internationale des femmes en génie, axé sur la création et la rédaction de profils, et de braquer les projecteurs sur les réalisations des femmes ingénieures au Canada. Le nombre de champions au niveau postsecondaire est passé de 19 à 26, et des représentants d’Ingénieurs Canada ont présenté des exposés à des colloques et réunions portant sur 30 en 30 pour l’ABET (aux É.-U.), l’Ontario Women in Engineering Summit (ONWiE), la conférence Atlantic Connections, la Society of Women Engineers (É.-U.), DiscoverE (É.-U.) et l’ IEEE Toronto.

Priorité stratégique 4 : Projet d’évaluation sur la base des compétences

La création d’un système d’évaluation en ligne sur la base des compétences pour les candidats à l’octroi du permis d’ingénieur est la quatrième priorité stratégique fixée dans le Plan stratégique 2019-2021. Au lieu d’exiger que les candidats décrivent leur expérience, comme l’on fait de nombreux systèmes utilisés actuellement au pays, l’évaluation sur la base des compétences demande plutôt aux candidats de justifier leurs compétences en expliquant comment leurs actions passées démontrent qu’ils ont acquis les compétences requises. La mise en application de ce système pourrait être bénéfique à de nombreux points de vue : transparence, cohérence, temps de personnel et coût des ressources, entre autres.

Depuis 2018, Ingénieurs Canada finance et soutient en nature le développement d’un système pancanadien permettant d’évaluer l’expérience de travail en génie. Ce système, qui a été adapté à partir d’un système utilisé par Engineers and Geoscientists British Columbia (EGBC), promet une façon plus transparente, uniforme et efficace de mesurer si un candidat est prêt à obtenir un permis d’exercice. Cette année, nous avons été témoins de plusieurs progrès par rapport à cette priorité, avec la mise en fonction des systèmes à l’Île-du-Prince-Édouard et en Saskatchewan, et les engagements du Nouveau-Brunswick, du Manitoba, et de Terre-Neuve-et-Labrador de commencer à utiliser le système en 2020. En outre, plusieurs autres organismes de réglementation dans tout le Canada se servent des compétences tirées du système national pour leurs propres évaluations des compétences.

Impératif opérationnel 1 : Agrément

The Canadian Engineering Accreditation Board
Le Bureau canadien d’agrément des programmes de génie

Selon le Plan stratégique 2019-2021, l’agrément des programmes de premier cycle en génie est actuellement le moyen le plus efficace de garantir que les diplômés canadiens satisfont aux exigences de formation universitaire pour l’obtention du permis d’exercice. Le processus d’agrément doit donc demeurer utile et pertinent.

En 2019, notre programme d’agrément a bénéficié de nombreux avantages résultant du Programme d’amélioration de l’agrément. Sur la base d’un programme pilote mené avec succès en 2018, nous avons apporté des améliorations à la formation des membres des équipes de visiteurs. Nous avons également amélioré notre mode de communication avec les établissements d’enseignement supérieur (EES).

Dans le cadre de ses activités habituelles, le Bureau d’agrément (BCAPG) a effectué 13 visites d’agrément et pris des décisions concernant 70 programmes dans 16 EES. En outre, il a mis en place de nouveaux critères, processus et outils :

  • ajout des normes 3.4.4.1 et 3.4.4.4 au Manuel des politiques et procédures, pour que les  exigences relatives à certaines unités d’agrément figurent dans les normes plutôt que dans les énoncés d’interprétation;
  • ajout d’une nouvelle disposition à l’annexe 1 : Règlements pour l’octroi de crédits de transfert des étudiants en provenance des cégeps;
  • ajout d’une politique en matière de plaintes;
  • publication du questionnaire sur le cycle d’agrément 2020/2021, du tableau 1 et des rubriques permettant l’évaluation des qualités des diplômés et des critères d’amélioration continue qui soit centrée sur les processus plutôt que sur les données.

Enfin, le conseil d’Ingénieurs Canada a révisé la  politique du conseil 6.9, qui renferme le mandat du BCAPG.

Impératif opérationnel 2 : Relations avec/entre les organismes de réglementation

alt-here

Ingénieurs Canada a été créé principalement pour assurer le partage efficace des idées et des pratiques optimales entre les organismes de réglementation. Cette grande orientation caractérise tous nos programmes depuis la diversité et le rayonnement jusqu’à la représentation et l’agrément des programmes de génie. Nous accordons aussi notre soutien direct pour faciliter la communication entre les organismes de réglementation et assurer le maximum d’harmonie possible même en tenant compte de la diversité des mandats et des ressources entre les régions.

Un des principaux moyens mis en œuvre pour réaliser l’Impératif opérationnel 2 consiste à faciliter les réunions pour les représentants des divers modes de soutien offerts par les organismes de réglementation. Parmi les plus actifs, on peut citer le Groupe national des responsables de l’admission, le Groupe national des responsables de la discipline et de l’application de la loi et le Groupe national des responsables de l’exercice, qui ont tenu plusieurs réunions tout au long de l’année.

De plus, à côté des réunions en personne du conseil d’Ingénieurs Canada tenues en mars, mai, octobre et décembre, nous avons maintenu notre appui aux réunions des présidents et des chefs de direction. Ces réunions, qui ont lieu parallèlement aux principales réunions du conseil, offrent l’occasion d’échanger des renseignements utiles et, en fin de compte, d’harmoniser davantage les travaux du conseil au service de la profession. Lors des réunions tenues en mai 2019, nous avons organisé une nouvelle table ronde pour permettre aux organismes de réglementation de présenter leurs travaux aux autres participants et de les aider ainsi à voir les difficultés qu’ils ont en commun et découvrir les solutions qui ont fonctionné pour d’autres.

Afin d’améliorer le processus d’intégration des nouveaux membres du conseil et des comités, lors des réunions de mars du conseil, nous avons organisé un « déjeuner d’orientation pour les nouveaux présidents ». Nous avons également élaboré un webinaire d’orientation pour expliquer le travail effectué par Ingénieurs Canada aux nouveaux présidents d’organismes de réglementation et aux nouveaux membres du conseil.

Impératif opérationnel 3 : Services et outils (BCCAG et BDNE)

The Canadian Engineering Qualifications Board
Le Bureau canadien des conditions d’admission en génie

Grâce au maintien et à la mise à jour des programmes d’examens, le BCCAG consigne des domaines de connaissances dans des disciplines du génie utilisés par les organismes de réglementation pour vérifier  les matières maîtrisées et les connaissances accumulées par les candidats non détenteurs d’un diplôme agréé par le BCAPG. Grâce aux guides destinés au public et à ceux destinés aux organismes de réglementation, le BCCAG soutient ces derniers en leur fournissant de l’information sur l’admission, le permis d’exercice et les enjeux contextuels qui favorise la cohérence dans les processus, la mobilité des praticiens entre les zones de compétence et l’excellence dans l’exercice du génie. 

En continuité avec les années antérieures, l’année 2019 a donné lieu à l’examen, la révision et la rédaction de plusieurs programmes d’examens, documents d’information et guides d’Ingénieurs Canada :

  • Nouveau guide sur l’utilisation des programmes d’examens – Guide destiné aux organismes de réglementation;
  • Nouveau document d’Ingénieurs Canada sur le génie de l’environnement;
  • Révision du Guide sur l’évaluation de l’expérience de travail en génie;
  • Révision du Guide sur le programme d’ingénieur stagiaire;
  • Révision du programme d’examens sur les matières de base;
  • Révision du Programme d’examens de génie logiciel;
  • Révision du programme d’examens de génie biomédical/biochimique;
  • Révision du programme d’examens de génie des structures;
  • Révision du programme d’examens de génie du bâtiment.

Dans la liste ci-dessus, la rédaction d’un document d’Ingénieurs Canada sur le génie de l’environnement a constitué une réalisation particulièrement digne de mention. Fruit de plusieurs années de travail, ce document décrit le champ d’exercice du génie de l’environnement et distingue trois catégories de travaux, à savoir le génie de l’environnement, les travaux qui peuvent être effectués par des ingénieurs ou des non-ingénieurs et les travaux ne relevant pas du génie. Il examine aussi en détail les éléments qui définissent le génie de l’environnement : la protection de l’environnement et l’utilisation des principes du génie.

Afin de soutenir l'excellence dans la pratique du génie, Ingénieurs Canada a également offert deux autres fois son cours L’Ingénierie durable en partenariat avec Polytechnique Montréal en 2019. Ce cours avait pour objet d’illustrer, à partir d’études de cas réels, l’application pratique des 10 principes de développement durable et de gérance environnementale d’Ingénieurs Canada. Les cours du printemps et de l’automne ont enregistré respectivement 1 735 et 1 300  participants, qui venaient de différentes régions du Canada et du monde et représentaient divers secteurs : génie-conseil, gouvernement, éducation, construction, fabrication, éducation, pétrole et gaz, ressources renouvelables, services publics, mines et organisations non gouvernementales.

Ingénieurs Canada tient aussi à jour une base de données des praticiens, la Base de données nationale sur les effectifs, afin de faciliter leur mobilité. En 2019, nous avons exploré des solutions de rechange dans le but de remplacer l’outil actuel et nous sommes entendus avec les organismes de réglementation pour conserver le même genre d’outil et les mêmes fonctions dans un format simplifié et sous une présentation plus claire. La planification de cette amélioration débute en 2020 et le lancement du projet est prévu en 2021.

 

Impératif opérationnel 4 : Programmes nationaux (affinité, dessaisissement du CVIIP et du PRI)

alt-here

Dans le cadre de l’Impératif opérationnel 4, Ingénieurs Canada a recours à l’énergie collective des organismes de réglementation pour offrir des programmes utiles pour ces organismes et leurs membres. À titre d’entité nationale, Ingénieurs Canada occupe une position unique pour offrir ces programmes en bénéficiant d’économies d’échelle.

En 2019, Ingénieurs Canada a maintenu ses efforts pour réaliser l’Impératif opérationnel 4 de plusieurs façons. Il a d’abord signé des ententes avec tous les organismes de réglementation participant au programme d’assurance automobile et habitation qu’il parraine. De plus, une protection accrue contre les dégâts d’eau a été ajoutée. Cette protection couvre les dégâts d’eau subits et accidentels provenant des eaux souterraines ou de surface et pénétrant sous le niveau du sol d’une habitation. Les clients de ce programme bénéficieront aussi d’une augmentation du nombre de Centres auto TD Assurance, maintenant porté à 19 dans l’ensemble du pays. Ces centres sont les seuls centres à guichet unique au Canada dans lesquels les clients peuvent parler à un conseiller en réclamations, faire réparer leur véhicule et obtenir une voiture de location.

En collaboration avec Manuvie, Ingénieurs Canada a aussi obtenu une prime de loyauté pour les clients inscrits au programme d’assurance-vie que l’organisme propose. Cette prime se présente sous la forme de remboursements utilisés comme crédits afin de réduire les primes d’assurance pour une année.

Enfin, Ingénieurs Canada a choisi le groupe Avis Budget comme fournisseur de véhicules de location. Les membres peuvent s’adresser autant à Avis qu’à Budget et bénéficier de tarifs d’entreprises avec kilométrage illimité et meilleur tarif garanti.

En outre, comme le prévoit le Plan stratégique 2019-2021, Ingénieurs Canada a entrepris de se dessaisir des programmes du CVIIP et de certification des Professionnels de la résilience des infrastructures. Un processus de DDP a été mené à bien auprès de soumissionnaires potentiels pour ces deux programmes, qui a suscité suffisamment d’intérêt pour recevoir plusieurs offres viables. Les annonces concernant les offres retenues seront faites en 2020.

Impératif opérationnel 5 : Faire valoir les intérêts de la profession auprès du gouvernement fédéral

Public Affairs, Joey Taylor, meet in Senator Galvez’ office in March 2019

De gauche à droite : Stephanie Price, vice-présidente directrice à Ingénieurs Canada, la sénatrice Rosa Galvez, Jeanette Southwood, vice-présidente à Ingénieurs Canada, et Joey Taylor, gestionnaire des affaires publiques à Ingénieurs Canada, réunis dans le bureau de la sénatrice Galvez en mars 2019 pour discuter du rôle essentiel des ingénieurs dans le monde.

Entre les élections fédérales tenues au mois d’octobre et la concrétisation de la sous-stratégie de relations gouvernementales exposée dans le Plan stratégique 2019-2021, l’année 2019 a surtout été une année de planification et de transition pour le programme de relations gouvernementales d’Ingénieurs Canada. Même avec la quantité importante de travail investie pour répondre à ces circonstances particulières, le programme régulier de représentation et de maintien de bonnes relations avec le gouvernement fédéral a été maintenu.

Vu l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire au mois d’octobre, Ingénieurs Canada a concentré ses efforts sur la mise en place et le maintien de relations avec des intervenants clés, y compris cinq ingénieurs élus députés :

  • Sukh Dhaliwal, Surrey-Newton, Colombie-Britannique, Parti libéral du Canada
  • Omar Alghabra, Mississauga Centre, Ontario, Parti libéral du Canada
  • Marilyn Gladu, Sarnia-Lambton, Ontario, Parti conservateur du Canada
  • Steven Blaney, Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Québec, Parti conservateur du Canada
  • Marc Garneau, Notre-Dame-de-Grâce-Westmount, Québec, Parti libéral du Canada

Aussi bien avant qu’après les élections, l’équipe des Affaires publiques et des relations gouvernementales a organisé des réunions en personne avec des députés, des sénateurs et des hauts fonctionnaires fédéraux afin d’aborder des questions pertinentes pour la profession d’ingénieur au Canada.

En plus de ce travail permanent de représentation, l’équipe des Affaires publiques et des relations gouvernementales a élaboré et fait approuver trois énoncés de principes nationaux : la Règlementation de l’ingénierie en milieu côtier, océanique et en sous-sol connexe, la Technologie du génie de l’intelligence artificielle dans les véhicules autonomes et connectés et l’Accès des peuples autochtones à la formation postsecondaire en génie.

Enfin, l’équipe des Affaires publiques et des relations gouvernementales a présenté neuf mémoires au gouvernement fédéral sur des questions ou des préoccupations propres aux organismes de réglementation ou à la profession d’ingénieur. Ces travaux ont notamment permis d’inclure certaines de nos recommandations dans le rapport du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord de la Chambre des communes intitulé Le chemin de la croissance : investir dans le Nord.

Impératif opérationnel 6 : Surveillance, recherches et conseils

alt-here

Selon le Plan stratégique 2019-2021, Ingénieurs Canada a un rôle à jouer pour cerner, examiner et expliquer proactivement les tendances et les changements susceptibles d’avoir un impact sur les organismes de réglementation du génie et la profession d’ingénieur. Une partie essentielle de ce travail consiste à communiquer en continu les conclusions des recherches aux organismes de réglementation afin d’éclairer leurs processus de prise de décision et d’établissement d’orientations. L’objectif est d’informer et de conseiller les organismes de réglementation sur les changements et les progrès ayant une incidence sur l’environnement réglementaire et la profession d’ingénieur au Canada.

Étant donné que l’année 2019 a été une année de planification, selon le mandat donné dans notre plan stratégique en vigueur, nos efforts ont été concentrés sur la réalisation de travaux préparatoires et la consultation auprès des organismes de réglementation à propos de la nouvelle stratégie en matière de recherche. Au cours de la consultation auprès des organismes de réglementation menée au mois de novembre 2019, on a pu cerner des points essentiels pour aider ces organismes à prendre des décisions éclairées. Le plan consiste à choisir deux à trois sujets par année et à créer des groupes de travail constitués d’experts pour orienter la rédaction d’articles détaillés. Au cours de la consultation sur la sous-stratégie, un examen des activités de recherche actuelles d’Ingénieurs Canada a également été effectué et des changements ont été proposés dans le but d’améliorer la pertinence pour les organismes de réglementation. Il a été convenu de passer d’un rapport général sur les nouveaux domaines à la rédaction de documents donnant plus de détails sur des nouvelles disciplines en particulier à l’échelle nationale.

Cette sous-stratégie sera également présentée au conseil en mai 2020 et sa mise en œuvre débutera immédiatement après cela.

Impératif opérationnel 7 : Mobilité internationale

engineer here logo
Graphic from EngineerHere.ca

Graphique de IngénieursIci.ca

En tant qu’entité nationale représentant les organismes de réglementation du génie, Ingénieurs Canada est bien placé pour définir les occasions et les risques associés à la mobilité internationale du travail et des praticiens, car cela a des impacts sur tous les organismes de réglementation. En recommandant aux organismes de réglementation des mesures pour gérer ces impacts et y réagir, Ingénieurs Canada éclaire les décisions réglementaires dans ce domaine dans chacune des zones de compétence. En 2019, Ingénieurs Canada a entrepris la planification de sa nouvelle sous-stratégie dans le cadre de cet impératif opérationnel et a mis un terme au travail préparatoire en vue d’une consultation auprès des organismes de réglementation au début de l’année 2020.

En plus de maintenir les ententes internationales en place comme par les années antérieures, Ingénieurs Canada a assisté aux réunions de l’International Engineering Alliance à Hong Kong.

Ingénieurs Canada a poursuivi la mise à jour de sa Base de données sur les établissements et les diplômes étrangers, qui a pour objet d’aider les organismes de réglementation à prendre des décisions éclairées sur les titres universitaires étrangers. Il a également poursuivi sa recherche sur ce sujet auprès d’un nombre total de 1 234 établissements. Les mises à jour nécessaires ont été effectuées. Le travail a aussi commencé sur une nouvelle sous-stratégie de mobilité internationale, qui sera présentée au conseil au mois de septembre 2020.

De plus, le 24 octobre 2019, en consultation avec les responsables de l’admission, nous avons lancé une nouvelle ressource Web améliorée pour les diplômés étrangers en génie, Ingénieurs-ici.ca. En plus du raffinement de la mise en page et de l’aspect général, le site Ingénieurs-ici.ca présente une information simplifiée et à jour, qui vise essentiellement à répondre aux besoins des diplômés étrangers en génie. À la fin de l’année, le site avait accumulé 72 787 consultations pour 22 228 utilisateurs en tout. Ce sont l’Inde avec 46 % et le Canada avec 11 % qui comptaient le plus de visiteurs. La diversité des pays a constitué un autre point digne de mention puisque les visiteurs provenaient, entre autres, du Mexique, du Pakistan, du Nigeria, du Bangladesh, des Philippines, des États-Unis, de la Colombie, du Brésil et des Émirats arabes unis.

 

Impératif opérationnel 8 : Promotion et rayonnement

Programme d’écusson pour les Guides

The Engineers Canada Girl Guides crest

L’ Écusson d’Ingénieurs Canada pour les Guides

Créé par Ingénieurs Canada en collaboration avec les Guides du Canada, l’écusson d'ingénierie est remis aux Guides qui mènent à bien des activités liées au génie sous la supervision d’un membre de la communauté du génie, d’une ou d’un ingénieur stagiaire ou d’une ou d’un diplômé ou étudiant en génie. En prenant part à ce programme, qui propose des activités comme la découverte du fonctionnement des véhicules ou une introduction au concept des machines simples, les filles approfondissent leur connaissance de la manière dont le monde fonctionne. En 2019, nous avons expédié 4 410 écussons à des unités de Guides dans tout le Canada, et le programme de cesse de croître sans qu’Ingénieurs du Canada doive faire de promotion supplémentaire; c’est le bouche-à-oreille dans le réseau des Guides qui en assure la popularité!

Programme Future City

Students from the Durham Catholic District School Board in Ontario display their model at the Future City Competition at Ontario Tech University in May 2019.
Des élèves du Conseil scolaire catholique du district de Durham en Ontario exposant leur maquette lors du concours Future City à l'Ontario Tech University en mai 2019.

Future City est une compétition annuelle qui s’adresse aux élèves de 6e, 7e et 8e années (ou premier cycle du secondaire), dans le cadre de laquelle ils sont invités à  imaginer, étudier, concevoir et bâtir des villes de demain en mettant en pratique leurs solutions aux questions de développement durable. En 2019, des enseignants de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Colombie-Britannique et de l’Île-du-Prince-Édouard ont relevé le défi de Future City. En tout, ce sont 1 376 élèves de 63 écoles qui ont pris part au programme, et plus de cent enseignants dans l’ensemble du pays qui ont intégré le programme Future City à leur programme de cours. Il est à noter que la proportion de filles dans ce programme atteint de 50 à 60 pour cent, un élément remarquable du programme lorsqu’on le compare à d’autres programmes semblables.

 

Mois national du génie

National Engineering Month 2019
Pendant Le Mois national du génie 2019, une campagne de médias sociaux a permis d’attirer des visiteurs sur le site Explorelegenie.ca d'Ingénieurs Canada, pour leur faire découvrir les possibilités qu’offrent le génie grâce à la fonction interactive Trouver sa place.

Ingénieurs Canada offre diverses formes de soutien au Mois national du génie, une célébration nationale de la profession d’ingénieur qui  a donné lieu à plus de 600 activités d’un océan à l’autre en 2019. Comme lors des années antérieures, nous avons pris pour thème « Une place pour toi! » et soutenu les organismes de réglementation en produisant et diffusant des articles promotionnels pour leurs activités locales. La campagne menée par Ingénieurs Canada dans les médias sociaux durant ce mois a connu un immense succès, joignant plus de 500 000 utilisateurs des médias sociaux et notre site Web de rayonnement —Explore le génie — a reçu plus de 17 000 visites. Enfin, nous avons été heureux de recevoir des salutations signées par le très honorable Justin Trudeau de même qu’un message vidéo de la ministre des Sciences et des Sports, Kirsty Duncan.

Prix d’Ingénieurs Canada

Chaque année, dans le cadre de son Programme de prix, Ingénieurs Canada souligne l’excellence d’ingénieurs, d’équipes d’ingénieurs, de projets ou de réalisations d’ingénierie, ainsi que d’étudiants en génie canadiens. Lauréats de 2019 : 

  • Catherine Karakatsanis, M.E.Sc., P.Eng., FCAE, FEC : Médaille d’or
  • Dennis K. Paddock, P.Eng., FEC, FCSSE, FCAE, FGC (Hon.) : Distinction pour services méritoires ‒ service professionnel
  • Dr. Bradley Jason Buckham, PhD, P.Eng. : Médaille de distinction pour la formation en génie
  • Jennifer Drake, PhD, P.Eng. : Distinction pour réalisation exceptionnelle d’un(e) jeune ingénieur(e)
  • Mae L. Seto, PhD, P.Eng., FEC : Prix pour le soutien accordé aux femmes en génie
  • Helen Wojcinski, MBA, P.Eng., FEC, FCAE, CMC: Distinction pour services méritoires ‒ service communautaire
  • Zenon Kripki : Médaille d’or des étudiant(e)s en génie
  • Projet de la route Inuvik Tuktoyaktuk : Prix national pour un projet ou une réalisation en génie

Bourses d’études d’Ingénieurs Canada

Chaque année, en partenariat avec Manuvie et TD Assurance Meloche Monnex, Ingénieurs Canada décerne six bourses totalisant 60 000 $ à des ingénieurs qui poursuivent des études universitaires complémentaires. Les lauréats des bourses 2019 étaient les suivants (première rangée, de gauche à droite) : 

Gregory Bak, P.Eng., effectue sa maîtrise en cherchant à développer son sens des affaires et sa capacité à adopter une réflexion stratégique. Il vise à améliorer ses aptitudes au leadership de manière à trouver de meilleures solutions aux problèmes des affaires et à tracer de bonnes pistes grâce à une analyse rapide et précise de grandes quantités de données.

Kiki Chan, M.A.Sc., P.Eng., mène des travaux de recherche sur la faisabilité de l’utilisation de cubes de bouillon pour assurer à tous un apport en oligoéléments. En plus d’améliorer notre compréhension de l’incidence du traitement sur la stabilité des oligoéléments, elle espère que ses travaux contribueront à la notion qu’il est possible de tirer profit des principes du génie et de la science pour favoriser le changement social.

Jacky Chow, PhD, MBA, P.Eng., croit que pour être un bon ingénieur, il faut continuer d’apprendre pendant toute sa vie, explorer d’autres disciplines pour améliorer ses visées et ses solutions. Ses travaux de recherche sont axés sur la médecine clinique, y compris les soins centrés sur les patients, les diagnostics, la prévention des maladies, et les interventions pharmacologiques et chirurgicales. Avec le temps, il souhaite plus particulièrement voir ses travaux faire progresser les technologies des radiations pour le diagnostic, le traitement et la gestion des cas de cancer.

John Desnoyers-Stewart, MFA, P.Eng., combine sa formation en arts et en génie de manière à vivre des expériences de polyréalité favorisant l’expression individuelle, les rapports sociaux et la créativité en équipe. À long terme, il espère pouvoir maintenir son implication essentielle dans les technologies en émergence tout en cherchant à repousser les limites du possible et en demeurant vigilant pour en exposer les dangers et s’assurer que la société en bénéficie.

Amalia Gil, P.Eng., souhaite améliorer la sécurité des patients, des médecins et de tous les utilisateurs des systèmes de santé grâce à son travail. Elle estime que les études qu’elle poursuit en génie clinique lui apprennent que l’innovation est au cœur des solutions permettant de surmonter les difficultés cliniques, d’améliorer la sécurité des patients et d’optimiser l’application, la mise en œuvre et la gestion de la technologie des soins de santé.

Kevin Wallin, P.Eng., effectue ses études de maîtrise tout en préparant l’étape suivante : la recherche doctorale sur le comportement mécanique des argiles litées. Il espère que ses travaux feront progresser les capacités actuelles des modèles constitutifs pour permettre aux ingénieurs d’arriver un jour à modéliser le comportement à long terme des argiles litées et son incidence sur la conception et la construction de dépôts de déchets nucléaires dans des formations géologiques profondes.

Fellows d’Ingénieurs Canada

Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta (APEGA)

  • Ahmed Ali , FEC, P.Eng.
  • John Byron , FEC, P.Eng.
  • Mark Ewanishin , FEC, P.Eng.
  • Paul Kavanagh, FEC, P.Geo.
  • Ronald Mah, FEC, P.Eng.
  • Justin McCrea, FEC, P.Eng.
  • Samuel Proskin, FEC, P.Eng., PhD
  • Cameron Sterling, FEC, P.Eng.
  • Roy Sudipto, FEC, P.Eng.
  • Charles Welsh, FEC, P.Geo.

Ingénieurs et géoscientifiques Nouveau‑Brunswick

  • Jeffrey A. Underhill, FEC, P.Eng.
  • Stéphanie M. Doucet-Landry, FEC, P.Eng.

Association of Professional Engineers and Geoscientists of Saskatchewan (APEGS)

  • Connie M. Barsness, FEC, P.Eng
  • Tonia D. Batten, FEC, P.Eng.
  • Glenn C. Hussey, FEC, P.Eng
  • Akindele G. Odeshi, FEC, P.Eng.
  • Cheryl A. Robertson, FEC, P.Eng.
  • Deborah Rolfes, FEC (Hon.)
  • Rajeshkumar R. Shah, FEC, P.Eng

Ingénieurs Canada

  • Stephanie Price, FEC, P.Eng.

Engineers and Geoscientists British Columbia

  • Hugh Robert Alley, FEC, P.Eng.
  • Slobodan Andic, FEC, P.Eng.
  • Caroline Janet Elizabeth Andrewes, FEC, P.Eng.
  • Gordon Douglas Apperley, FEC, P.Eng.
  • James Wesley Atwater, FEC, P.Eng.
  • Belwinder Singh Barn, FEC, P.Eng.
  • Douglas Wilfred Barry, FEC, P.Eng.
  • Leon Alexander Bell, FEC, P.Eng.
  • Michael Scott Belter, FEC, P.Eng.
  • Xiaotao Bi, FEC, P.Eng., PhD
  • Robin Brice Brown, FEC, P.Eng.
  • Lili Bu, FEC, P.Eng.
  • Calum James Buchan, FEC, P.Eng.
  • Robert Campbell, FEC, P.Eng.
  • Shiloh Marie Carlson, FEC, P.Eng.
  • Fei Chen, FEC, P.Eng.
  • Phoebe Man-Kuan Cheung, FEC, P.Eng.
  • Jennifer Cho, FEC (Hon.)
  • Tony Ming Yue Chong, FEC, P.Eng.
  • Gabriel Cojocaru, FEC, P.Eng.
  • Robert James Cowan, FEC, P.Eng. (Non-Practising)
  • Marcus Dell, FEC, P.Eng.
  • Bruce Der, FEC, P.Eng.
  • Emmanuel Alberto Asuncion Domingo, FEC, P.Eng.
  • David Bruce Dreisinger, FEC, P.Eng., PhD
  • Clifford Park Hon Eng, FEC, P.Eng.
  • Ann Jean English, FEC, P.Eng.
  • Martin Edward Fandrich, FEC, P.Eng., PhD
  • Livio Richard Gambone, FEC, P.Eng.
  • Paolo Giorgio Luigi Gazzarrini, FEC, P.Eng.
  • Dana Grecov, FEC, P.Eng., PhD
  • Brian Joseph Griffin, FEC, P.Eng.
  • Steven Eric Arthur Gustavson, FEC, P.Eng.
  • Thomas Arne Haksi, FEC, P.Eng. (Non-Practising)
  • Bruce Alan Hamersley, FEC, P.Eng.
  • John Sorensen Hansen, FEC, P.Eng.
  • Richard Greg Harms, FEC, P.Eng.
  • Desmond Niall Digby Hartford, FEC, P.Eng., PhD
  • Paul Jeremy Emile Hatton, FEC, P.Eng.
  • Andrew William Hind, FEC, P.Eng.
  • Wing Keung Patrick Ho, FEC, P.Eng.
  • Jonathan Francis Holzman, FEC, P.Eng.
  • Paul Francis Hoo, FEC, P.Eng.
  • Thomas John Hunt, FEC, Eng.L.
  • Jian Jun Jiao, FEC, P.Eng.
  • Lynn Merideth Johnson, FEC, P.Eng.
  • Vladimir Kahle, FEC, P.Eng.
  • Foad Kasiri, FEC, P.Eng.
  • Randa Khalil, FEC, P.Eng.
  • Akbar Ali Khan, FEC, P.Eng., PhD
  • Matthew John Kokan, FEC, P.Eng.
  • Charles Josef Kotzo, FEC, P.Eng.
  • Anil Kumar, FEC, P.Eng.
  • Daniel Gene Kunimoto, FEC, P.Eng.

 Engineers and Geoscientists British Columbia (suite)

  • Kun-Yu Ezra Kwok, FEC, P.Eng., PhD
  • Robert Christopher Kwong, FEC, P.Eng.
  • Brian David LaCas, FEC, P.Eng.
  • James Wai Wing Lau, FEC, P.Eng.
  • Kyoungsik Lee, FEC, P.Eng.
  • John Hsiang Yuan Lee, FEC, P.Eng.
  • Simon Xiang Guang Li, FEC, P.Eng.
  • Vincent Wai-Sing Li, FEC, P.Eng.
  • Thomas William Lively, FEC, P.Eng.
  • Kwang Victor Lo, FEC, P.Eng., PhD
  • Susan Kim MacDougall, FEC, P.Eng.
  • Shailendra Mahanti, FEC, P.Eng. (Retired)
  • Adam Ludwik Majorkiewicz, FEC, P.Eng.
  • David Peter Marriott, FEC, P.Eng.
  • Colin Bruce Meldrum, FEC, P.Eng.
  • Robert Dale Merritt, FEC, P.Eng.
  • Sidney Mindess, FEC, P.Eng., PhD
  • Ronald Edward Mitchell, FEC, P.Eng.
  • Roy D. Mitton, FEC, P.Eng. (Non-Practising)
  • Thomas Alexander Morrison, FEC, P.Eng.
  • James Neill, FEC, P.Eng.
  • Robert William Neville, FEC, P.Eng., Struct.Eng.
  • Bruce C. Nicholson, FEC, P.Eng. (Non-Practising)
  • John Owen Haystead Nunn, FEC, P.Eng.
  • Dirk Nyland, FEC, P.Eng.
  • Gerald Charles O'Hara, FEC, P.Eng.
  • Christopher Hurst Page, FEC, P.Eng.
  • Scott Peter William Pellow, FEC, P.Eng.
  • Jude Rohan Pillainayagam, FEC, P.Eng.
  • George Eugene Plant, FEC, P.Eng.
  • Stefan Popovici, FEC, P.Eng., PhD
  • Mark Ian Porter, FEC, P.Eng., Struct.Eng.
  • Alen Postolka, FEC, P.Eng.
  • Robert Eric Quiring, FEC, P.Eng., Struct.Eng.
  • Clarence Mark Rebagliati, FEC, P.Eng.
  • Irfan Taherali Rehmanji, FEC, P.Eng.
  • Conor Charles Obrien Reynolds, FEC, P.Eng.
  • Kevin Allen Riederer, FEC, P.Eng.
  • Thomas Charles Ries, FEC, P.Eng.
  • Alexander Harold Rivers-Bowerman, FEC, P.Eng.
  • Ricardo Jesus Rojas, FEC, P.Eng.
  • Bernard Henry Roy, FEC, P.Eng.
  • Hamid Samani, FEC, P.Eng.
  • Farrokh Sassani, FEC, P.Eng., PhD
  • Johannes W. Scholte, FEC, P.Eng. (Retired)
  • Kevin Hugh Schroder, FEC, P.Eng.
  • Ronald Hermann Schroeder, FEC, P.Eng.
  • Gary Edward Schubak, FEC, P.Eng.
  • Walter Thomas Segsworth, FEC, P.Eng.
  • Ramin Seifi, FEC, P.Eng.
  • Robert G. Sexsmith, FEC, P.Eng. (Non-Practising)
  • Douglas Stanley Sinclair, FEC, P.Eng.
  • Markus Rolf Sirges, FEC, P.Eng.
  • Peter Frederick Stacey, FEC, P.Eng.
  • Edwin William Steele, FEC, P.Eng.
  • Siegfried Fritz Stiemer, FEC, P.Eng., PhD
  • Gregory Charles Stuart, FEC, P.Eng., PhD
  • Alady Padmanabhan Sukumar, FEC, P.Eng., PhD
  • Jude Talbot, FEC, P.Eng.
  • Desikan Thomas, FEC, P.Eng.
  • Willoughby Agar Trythall, FEC, P.Eng.
  • Raymond Joseph Turenne, FEC, P.Eng.
  • Ruben Ugarte, FEC, P.Eng.
  • Victor Charles Uloth, FEC, P.Eng.
  • Venkatarama Krishnan Vinnakota, FEC, P.Eng.

Engineers and Geoscientists British Columbia (suite)

  • Gary Edwin Vlieg, FEC, P.Eng.
  • Walter Henry Wardrop, FEC, P.Eng.
  • Long Xiu Wen, FEC, P.Eng.
  • Dennis Harvey West, FEC, P.Eng.
  • Kenneth Wright, FEC, P.Eng.
  • David Ngaw Eng Hoe Wu, FEC, P.Eng.
  • Ming Wo Wu, FEC, P.Eng.
  • Henry Wulkan, FEC, P.Eng.
  • Gregory James Wylie, FEC, P.Eng., Struct.Eng.
  • Qing Hua Xu, FEC, P.Eng.
  • Gholam-Hossein Yavari, FEC, P.Eng.
  • Sani Ramzi Zein, FEC, P.Eng.

Engineers Geoscientists Manitoba

  • Chantelle Cabral, FEC (Hon.)
  • Kyle Cumming, FEC, P.Eng.
  • Lorraine Dupas, FEC (Hon.)
  • Ruth Eden, FEC, P.Eng.
  • Angela Moore, FEC (Hon.)
  • Robert Okabe, FEC (Hon.)
  • Marlene Polson, FEC (Hon.)
  • Athula Rajapakse, FEC, P.Eng.
  • Claudia Shymko, FEC (Hon.)
  • Jennifer St. Laurent, FEC, P.Eng.
  • Stirling Walkes, FEC, P.Eng.

Engineers Nova Scotia

  • J.R. (Bob) Chouinard, FEC, P.Eng.
  • Kent D. Lane, FEC, P.Eng.
  • Katherine Risley, FEC (Hon.)
  • Colleen E. Rollings, FEC, P.Eng.
  • Christopher R.P. Shortall, FEC, P.Eng.

Engineers PEI

  • Joshua Collins, FEC, P.Eng.
  • Amy Hsiao, FEC, P.Eng.
  • Jim Landrigan, FEC, P.Eng.

Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ)

  • Louise Audy, ing., FIC
  • Rosa Galvez, FIC, ing
  • Mohamed Ghazi Aissaoui, FIC, ing
  • Gilbert Nkurunziza, FIC, ing

Professional Engineers Ontario (PEO)

  • Vivender Adunuri, FEC, P.Eng.
  • Magdy Attia, FEC, P.Eng.
  • Roger Barker, FEC, P.Eng.
  • David W. Brown, FEC, P.Eng.
  • Karen Chan, FEC, P.Eng.
  • Amir Fam, FEC, P.Eng.
  • Jerry Fridrich, FEC, P.Eng.
  • Ed Fung, FEC, P.Eng.
  • Nilima Gandhi, FEC, P.Eng.
  • Ranjit Gill, FEC, P.Eng.
  • John Hazel, FEC, P.Eng.
  • Jeganaesan Jeganathan, FEC, P.Eng.
  • Artemy Kirnichansky, FEC, P.Eng.
  • Lin (Victor) Lan, FEC, P.Eng.
  • Annabelle Lee, FEC, P.Eng.
  • John Lill, FEC, P.Eng.
  • Murray MacDonald, FEC, P.Eng.
  • Parisa Mahdian, FEC, P.Eng.
  • Magdi Mohareb, FEC, P.Eng.
  • Sohail Naseer, FEC, P.Eng.
  • Alexander Ng, FEC, P.Eng.
  • William Sanabria Nunez, FEC, P.Eng.
  • Nicholas Pfeiffer, FEC, P.Eng.
  • Zlatko Joseph Podrebarac, FEC, P.Eng.
  • Steven Poste, FEC, P.Eng.
  • Mario Ramirez-Roldan, FEC, P.Eng.
  • Phil Riegle, FEC, P.Eng.
  • Uditha Senaratne, FEC, P.Eng.
  • Rohan Service, FEC, P.Eng.
  • Imtiaz Shah, FEC, P.Eng.
  • Steven Stang, FEC, P.Eng.
  • Philip Sullivan, FEC, P.Eng.
  • Elmer Ting, FEC, P.Eng.
  • Cesar Trillo, FEC, P.Eng.
  • Jianguo Wang, FEC, P.Eng.
 
 

Impératif opérationnel 9 : Diversité

30 years later

Pour commémorer la tragédie de l’École polytechnique, Ingénieurs Canada s’est associé à Doyennes et doyens d’ingénierie Canada pour le lancement de 30 ans plus tard, un site Web présentant les réalisations professionnelles des femmes qui ont obtenu leur diplôme dans les trois années qui ont suivi le massacre.

mer Solstice Indigenous Festival

En juin 2019, le personnel d'Ingénieurs Canada a célébré la Journée des peuples autochtones en faisant du bénévolat au Festival autochtone du solstice d'été à Ottawa (Ontario).

er Solstice Indigenous Festival
En août 2019, le personnel d'Ingénieurs Canada a participé au défilé de la Fierté à Ottawa.

Pour les organismes de réglementation, la promotion de la diversité et de l’inclusion au sein de la profession est la principale priorité non associée à la réglementation. C’est pourquoi des efforts considérables ont été consacrés à cette question en 2019.

En plus d’élaborer une sous-stratégie portant sur les femmes en génie dans le cadre de la Priorité stratégique 3, cette année, nous avons poursuivi nos efforts afin d’améliorer l’accès des Autochtones au génie. Nous avons notamment consulté les organismes de réglementation et le Sous-comité sur la participation des Autochtones dans le domaine du génie afin d’élaborer une sous-stratégie qui sera soumise à l’approbation du conseil, étape importante pour pouvoir prendre d’autres mesures dans ce domaine.

En plus d’élaborer cette sous-stratégie, nous avons maintenu notre appui à l’accès des Autochtones de diverses manières directes, notamment en commanditant le déplacement et la participation d’étudiants à la rencontre annuelle de la Canadian Indigenous Science and Engineering Society (.caISES), qui s’est tenue cette année à l’Université McGill. Nous avons aussi donné notre appui au Conseil consultatif autochtone canadien (CCAC) auprès de l’American Indian Science and Engineering Society (AISES), en faisant la promotion d’activités et de communications pour des ingénieurs et des étudiants en génie autochtones, et avons maintenu notre rôle de membre du CCAC en contribuant à l’élaboration de stratégies de communications et de mobilisation des membres. Ingénieurs Canada a aussi créé un groupe de travail se réunissant chaque mois afin de soutenir les enseignants et administrateurs offrant des services aux étudiants autochtones et des programmes d’autochtonisation de la formation en génie sous le nom de Groupe de travail de services aux étudiants autochtones en génie. Ce groupe de travail a été élargi pour y inclure des représentants de onze établissements postsecondaires.

Afin de commémorer la tragédie de l’École polytechnique, Ingénieurs Canada s’est associé à Doyennes et doyens d’ingénierie Canada pour le lancement de 30 ans plus tard, un site Web présentant les réalisations professionnelles des femmes qui ont obtenu leur diplôme dans les trois années qui ont suivi le massacre. De plus, Ingénieurs Canada a organisé une table ronde sur l’impact de cette tragédie sur la profession d’ingénieur, réunissant Sandra Gwozdz (membre du conseil et championne de 30 en 30 au conseil, David Lynch (président), Julie Lassonde (présidente de la Fondation commémorative du génie canadien) et Ved Proag (de Professional Engineers Ontario – section d’Ottawa).

Nous avons également participé à la célébration de la diversité à l’échelle locale, prenant part à des événements liés à la diversité durant toute l’année. Nous avons souligné la Journée nationale des peuples autochtones par une participation bénévole au Festival autochtone du solstice d’été et avons célébré la diversité, l’équité et l’inclusion en participant au défilé de la Fierté à Ottawa.

Impératif opérationnel 10 : Protection des marques officielles

Au nom des organismes provinciaux de réglementation de la profession d’ingénieur, Ingénieurs Canada détient et administre un portefeuille de propriété intellectuelle qui comprend des marques officielles et des marques de commerce enregistrées, notamment des marques de certifications enregistrées. En 2019, nous avons examiné et évalué la stratégie de protection des marques de commerce d’Ingénieurs Canada afin de nous assurer du maintien de l’utilisation et de la protection adéquates des marques de commerce et des marques officielles. Nous avons également déposé une demande auprès du Bureau des marques de commerce pour la marque et le logo 30 en 30.

 

 

Ingénieurs Canada est le propriétaire d’une marque officielle pour chacun des titres suivants :

  • ENGINEER
  • GÉNIE
  • CONSULTING ENGINEER
  • PROFESSIONAL ENGINEER
  • ING.
  • GÉNIE
  • INGÉNIERIE
  • INGÉNIEUR-CONSEIL
  • INGÉNIEUR
  • ING.

En collaboration avec les organismes de réglementation provinciaux et territoriaux, Ingénieurs Canada a consenti en 2019 à 44 demandes d’ingénieurs qui cherchaient à enregistrer pour une société de régime fédéral un nom contenant le terme « génie » ou des termes apparentés. En outre, nous avons conclu six affaires d’opposition à des marques de commerce (trois abandons de procédures et trois règlements) et avons entrepris des recherches et des enquêtes portant sur des marques potentielles en vue de leur radiation sommaire (pour non-utilisation), 20 marques étant identifiées comme susceptibles de donner lieu à des procédures.

Gouvernance

alt-here

Le conseil d’Ingénieurs Canada 2019-2020

En vertu du Plan stratégique 2019-2021 et selon la politique du conseil, il existe six « responsabilités du conseil », qui ont toutes été assumées en 2019 avec l’aide du personnel permanent d’Ingénieurs Canada. Ces responsabilités sont les suivantes :

  1. Se tenir responsable et tenir responsables les administrateurs et les personnes relevant du conseil.
  2. Mettre en place un processus favorisant l’engagement des organismes de réglementation au moyen de communications régulières qui facilitent la participation, l’évaluation et la rétroaction.
  3. Fournir une orientation stratégique continue et appropriée.
  4. Assurer l’élaboration et l’examen périodique des politiques du conseil.
  5. S’assurer que le chef de la direction maintient en place un système robuste et efficace de gestion des risques et prend les mesures qui s’imposent, ce système devant refléter le niveau de tolérance aux risques du conseil, et oriente les stratégies d’atténuation approuvées par le conseil.
  6. Assurer l’orientation des nouveaux membres et le développement continu des administrateurs et des autres personnes qui travaillent en étroite collaboration avec le conseil.

Les faits saillants de ce travail comprenaient la constitution du Comité des ressources humaines et du Comité des finances, d’audit et de gestion des risques au mois de mai 2019; le lancement des activités de planification stratégique pour le plan 2022-2024 à l’automne; l’approbation de plusieurs sous-stratégies définies dans le cadre du plan stratégique; l’examen et la révision de 30 politiques du conseil; et la réalisation de séances d’orientation pour les nouveaux administrateurs.

L’année 2019 a également marqué la fin du projet Gouvernance, Planification stratégique et Consultation, une initiative pluriannuelle visant à recueillir des centaines de points de vue dans tout le Canada afin de préciser considérablement l’objet et l’orientation stratégique d’Ingénieurs Canada.

États financiers

Télécharger les états financiers de 2019