Engineers Canada logo

Bilan de la revue de presse du 28 février au 12 mars

2020.03.12

Le Camp 5 ne présentera plus la cérémonie d’engagement de l’ingénieur. Ingénieurs sans frontières et le mouvement #Moiaussi. La recherche d’un ingénieur de l’Oregon sur le système photographique de contrôle de circulation aux feux rouges pousse des ingénieurs de la circulation à modifier le chronométrage des feux de circulation. Au Québec, mesures disciplinaires contre Pierre Shoiry. 

Camp 5 : Après avoir essuyé plusieurs fois des critiques ces dernières années en raison de remarques jugées « sexistes » et offensantes pendant des cérémonies d’engagement de l’ingénieur et des séances de breffage, le Camp 5 n’organisera plus cette cérémonie. Cette décision, prise par la Société des sept gardiens, a été annoncée par l’Engineering Undergraduate Society de l’Université de la Colombie-Britannique. 

#Moiaussi : Le Toronto Star a publié un article sur Chelsey Rhodes, employée par Ingénieurs sans frontières au Malawi, dont les allégations de harcèlement sexuel et d’intimidation contre cet organisme sans but lucratif ont éclaboussé la communauté de l’aide humanitaire dans son ensemble.

Recherche sur les feux de circulation : Plus de cinq ans après que le Board of Examiners for Engineering and Land Surveying ait accusé Mats Järlström d’exercer le génie sans permis et menacé de lui imposer une amende, l’Institute of Traffic Engineers cite dans ses lignes directrices sur le chronométrage des feux de circulation la recherche de M. Järlström qui avait justement attiré l’attention du Board.

Pierre Shoiry : Le Conseil de discipline de l’Ordre des Ingénieurs du Québec (OIQ) a condamné Pierre Shoiry à payer deux amendes totalisant 75 000 $ pour des actes dérogatoires à l’honneur ou à la dignité de la profession. Il s’agit de la deuxième amende en importance imposée par ce conseil. M. Shoiry a également renoncé à son titre d’ingénieur et remis son permis d’exercice à l’OIQ.