Engineers Canada logo

INWED 2020 : Isabelle Jodoin, ing. / Arliss Szysky, P.Eng.

2020.06.17

Isabelle Jodoin, ing.

Isabelle Jodoin, ing.
Vice-présidente principale, Stantec

Arliss Szysky, P.Eng.
Vice-présidente, responsable régionale, Sud de l’Alberta, Stantec

À titre de vice-présidentes de l’une des plus grandes firmes canadiennes de génie, Isabelle Jodoin et Arliss Szysky ont été les témoins directs de la manière dont la COVID-19 a touché les ingénieurs et leur travail, et elles ont puisé dans leur propre bagage en génie pour aider la société à s’orienter en cette période difficile.


Arliss Szysky, P.Eng.

« Notre personnel représente notre atout le plus important. Notre absolue priorité était donc d’aider nos employés, de nous assurer qu’ils étaient en sécurité et en bonne santé et de leur permettre de travailler à distance, raconte Mme Szysky, vice-présidente et responsable régionale de l’Alberta, chez Stantec. Nous avons réagi rapidement et nous nous sommes adaptés, et j’en suis vraiment fière ».

« Heureusement, notre industrie et notre entreprise avaient déjà bien entamé un virage numérique depuis plusieurs années, par l’utilisation d’outils et de plateformes de collaboration en ligne et l’adaptation de notre infrastructure technologique, affirme Isabelle Jodoin, vice-présidente principale – Québec chez Stantec. Nous avons donc accéléré ce virage et veillé à ce que tous nos employés aient les outils nécessaires pour être rapidement efficaces à distance. »

Tout en se concentrant sur la continuité des activités et sur le télétravail des employés, Stantec s’est également assuré de répondre aux besoins de ses clients, d’entretenir de solides relations et d’aider sa clientèle à trouver des solutions pour des projets en cours et à venir, pendant la pandémie et après.

À l’heure actuelle, Stantec planifie la réouverture éventuelle de ses bureaux. Pour ce faire, la firme adopte une approche progressive, suit les directives du gouvernement et des agences de santé publique, et met l'accent sur la sécurité de ses employés, clients et partenaires.

Pendant tout ce temps, Mme Szysky et Mme Jodoin se sont appuyées sur leur formation d'ingénieures pour s’orienter parmi les défis que posait la COVID-19.

« En plus de nourrir ma pensée analytique, le génie m’a appris à résoudre des problèmes et à faire preuve de résilience, raconte Mme Szysky. Cette situation est comme un immense casse-tête. On doit apprendre à s’y retrouver et à mettre toutes les pièces ensemble. Ces compétences n’ont jamais été aussi précieuses. Alors que tant de choses sont inconnues en ce moment, ma formation en génie m’a donné les moyens de traverser la pandémie tant sur le plan professionnel que personnel. »

« La gestion de la crise s’apparente beaucoup à la gestion d’un projet d’ingénierie, ajoute Mme Jodoin. Au quotidien, nous devons résoudre des problèmes, nous adapter aux imprévus, faire preuve d’une grande écoute, faire face à de nouveaux échéanciers et coordonner avec de multiples parties prenantes. »

Les deux femmes signalent que, malgré les difficultés qui se posent sur le plan professionnel à cause de la COVID-19, elles sont décidées à persévérer, car le travail est valorisant, et qu’elles mesurent l’incidence que leurs équipes respectives et elles-mêmes continuent d’avoir sur leur collectivité.

« Les ingénieurs jouent un rôle essentiel, autant pendant qu’après la pandémie, souligne Mme Jodoin. Ils conçoivent des infrastructures qui offrent des soins de santé à la population, qui assurent le déplacement de biens et de marchandises, qui alimentent en eau et en électricité des familles et des entreprises essentielles, et qui permettent la connectivité de millions de personnes en télétravail. C’est une grande fierté d’être dans une industrie qui contribue au bon fonctionnement et à la santé de notre société. De plus, par la diversité de leur champ d’action, les ingénieurs sont parmi les premiers à contribuer à la relance économique de leur région. Que ce soit pour concevoir de nouvelles infrastructures, adapter les hôpitaux, réaménager les villes ou soutenir les nouveaux besoins de mobilité, il y a aura le travail d’un ingénieur derrière tout ça. »

Mme Szysky ajoute :  « Les ingénieurs ne sont pas seulement des techniciens trouvant des solutions techniques. Nos compétences, notre expertise ont beaucoup plus d’effets que les gens ne le pensent, et notre industrie améliore réellement la vie de tout un chacun – même si les gens ne s'en rendent pas compte. »

Retour à tous les portraits d’ingénieures en vedette dans le cadre de l’INWED 2020​