Engineers Canada logo

INWED 2020 : Béatrice Laporte-Roy, ing.

2020.06.17

Béatrice Laporte-Roy

Gestionnaire principale, Centre de vérification
Bell Canada

À peine un mois après le début de la pandémie de COVID-19 au Canada, le nombre de personnes actives en ligne depuis leur domicile au cours d’une journée de travail normale avait augmenté de 110 %, selon Béatrice Laporte-Roy, gestionnaire principale au Centre de vérification de Bell Canada.

En raison des consignes de distanciation sociale émises par les gouvernements de partout au pays, de nombreuses entreprises ont permis à leurs employés de faire du télétravail, et parents et amis se sont mis à utiliser des outils technologiques pour rester en contact virtuel tout en étant confinés. Dans les coulisses de ce changement sans précédent, des ingénieurs comme Mme Laporte-Roy s’efforçaient d’améliorer le réseau de télécommunications pour permettre à tous de rester connectés.

« Nous devions nous assurer que les Canadiens restent connectés durant la pandémie, explique Béatrice Laporte-Roy. J’ai travaillé pendant les premières semaines à une refonte majeure de notre district pour assurer l’offre de support technique à nos clients. » 

« L’élaboration de nouveaux processus a été indispensable pour permettre l’accès à nos services aux multiples entreprises qui ont envoyé leurs équipes en télétravail ou aux particuliers qui utilisaient des outils en ligne pour garder contact avec leurs proches ou simplement rester informés. J’ai participé au développement de ces nouveaux processus, que nous n’aurions jamais rêvé de mettre en place aussi rapidement hors de ce contexte exceptionnel. »

En même temps, en tant que gestionnaire principale chez Bell Canada, Mme Laporte-Roy a dû adapter ses pratiques de gestion pour assurer l’efficacité des opérations et soutenir les membres de son équipe qui devaient tous s’habituer au télétravail durant les premiers jours de la crise sanitaire.

« Un focus particulier a été mis sur la gestion de nos gens, dit-elle. La pandémie a amené un vent d’incertitude chez les employés, il a fallu gérer les inquiétudes qui survenaient tout en naviguant dans une zone grise pour assurer la continuité des affaires. »

Bien que la pandémie ait certainement présenté des défis, Béatrice estime que c’est la collaboration, l’agilité et la rapidité d’exécution des membres de son équipe qui leur ont permis de les relever, et elle espère que la crise amènera les ingénieurs et d’autres professionnels à réaliser qu’ils peuvent avoir un impact dans des domaines qu’ils n’avaient jamais envisagés.

« Je crois que les ingénieurs, tout comme plusieurs autres professionnels, ont dû se renouveler face aux défis que présentait la pandémie, dit-elle. Je crois que ce genre d’événement d’envergure rapproche les gens en plus de nous permettre de trouver des solutions à des problèmes qui vont au-delà des limites que nous nous imposons habituellement. »

« Les ingénieurs sont des professionnels qui appliquent leurs connaissances et usent de créativité pour résoudre des problèmes puisqu’ils se trouvent souvent au centre de la prise de décisions. Les ingénieurs doivent évaluer les différents scénarios et risques techniques connexes pour émettre une recommandation rationnelle, tout en gérant un grand degré d’incertitude. Plusieurs ont prêté assistance lors de changements hors du commun, que ce soit en transformant une usine pour y produire du gel antibactérien, en travaillant à la logistique de l’approvisionnement d’équipement de protection pour garder nos travailleurs en sécurité ou en permettant l’amélioration d’un réseau de télécommunication pour permettre à tous de rester connectés. »

Retour à tous les portraits d’ingénieures en vedette dans le cadre de l’INWED 2020​