Engineers Canada logo

INWED 2020 : Laura Curiel, PhD, P.Eng.

2020.06.17

Laura Curiel

Professeure adjointe, Département de génie électrique et informatique
Directrice adjointe (premier cycle), Centre pour la recherche et l’éducation en biogénie
Université de Calgary

Au fond, les ingénieurs sont des spécialistes de la résolution de problème, motivés par le désir d’améliorer leur collectivité. Ainsi, lorsque la COVID-19 a perturbé notre quotidien, en mars 2020, une équipe d’étudiants en génie dirigée par la professeure Laura Curiel ont décidé de faire ce qu’ils pouvaient pour mettre la main à la pâte.

« Cela s’est décidé spontanément. Les membres de l’équipe ont immédiatement exprimé le désir de faire quelque chose, n’importe quoi, explique Mme Curiel, professeure adjointe au Département de génie électrique et informatique à l’Université de Calgary, et directrice adjointe (premier cycle) au Centre de recherche en biogénie. Un groupe d’étudiants très motivé s’est donc immédiatement mobilisé. »

Même si l’université a fermé ses portes en raison de la pandémie, Mme Curiel et ses étudiants se sont aperçus que certains des modèles d’écouvillons utilisés pour les tests de la COVID-19 étaient fabriqués avec la même imprimante que celle qu’ils avaient au laboratoire. Ils se sont donc penchés sur la conception d’un écouvillon et d’un protocole d’impression qui leur permettraient d’utiliser leur équipement de laboratoire : ils ont étudié plusieurs modèles et les ont validés, ils ont évalué le modèle doté de la validation clinique la plus avancée, ils ont testé et modifié le modèle en fonction de l’imprimante dont ils disposaient, puis ils ont mis au point un modèle définitif et une procédure d’impression pour l’imprimante en question.

L’équipe avait prévu imprimer les écouvillons avec son imprimante, mais finalement, le travail a été confié à un fabricant, hors des murs de l’université.

« Mais le résultat réel de ce projet, c’est d’avoir eu un objectif commun qui a vraiment instillé au sein de l’équipe un fort sentiment d’appartenance, explique Mme Curiel. Les étudiants de deuxième cycle n’avaient pas l’impression de travailler seuls ou d’être isolés à la maison, car on travaillait quand même ensemble pour atteindre un but commun. Grâce à ce but commun, tout le monde a traversé cette période en gardant le moral, et c’est vraiment ce qu’il y a de plus précieux dans cette expérience. »

Selon Mme Curiel, en cas de crise de santé publique comme la pandémie de COVID-19, c’est justement ce que les ingénieurs peuvent apporter : un but commun et la capacité de résoudre des problèmes.

« Je crois que les ingénieurs sont attirés par la résolution de problèmes et que pendant la pandémie, ils ont cherché des solutions de rechange, ajoute-t-elle. De plus, plusieurs d’entre eux ont continué à essayer des solutions, même si certaines d’entre elles ont dû être abandonnées en raison d’un changement de priorités. Les ingénieurs ont fait preuve d’une grande résilience dans la manière dont ils ont approché les problèmes qu’ils pouvaient régler. De plus, ils ont envisagé des solutions à plus long terme, ce qui a donné un fort sentiment de continuité à la communauté. »

Retour à tous les portraits d’ingénieures en vedette dans le cadre de l’INWED 2020​